Hors et En

vendredi 5 juin 2009

Europe et Hadopi

Filed under: Actualité,Europe,Hors,Lois — mazzhe @ 19\0706
Tags: , , , , ,

Allez, juste un petit article avant la conclusion…

Que disent les 4 principaux programmes à propos de la loi dite « hadopi » ? (même si il n’en parlent pas explicitement)

Pour l’UMP, point 26 :

Stimuler la création culturelle : Nous voulons conjuguer la diversité de la création artistique et des industries culturelles avec l’usage croissant de l’internet en renforçant la mise en œuvre du droit de propriété intellectuelle dans l’environnement numérique.

Donc je lis qu’ils veulent protéger les « industries » culturelles (qui a vu le mot « artistes » ?) en créant une directive hadopi européenne… Pour moi, c’est rédihibitoire. Terminé.

Europe Ecologie :

Notre conception de la culture et de la création doit prendre en compte les nouveaux médias. Internet n’est pas un simple nouveau canal de distribution. Nous nous positionnons pour un internet actif, où le libre partage est un principe central, où chacun est à même de télécharger ou de déposer le contenu et les applications de son choix […]. Cela ne doit pas se faire au détriment des artistes et de la création.
Nous soutenons donc l’idée d’une « contribution créative » ainsi que les licences globales afin de permettre la liberté d’échange tout en rendant possible le financement de la culture et de tous ceux qui y participent.

Là, on tombe dans l’excès inverse, carrément démagogique. « Tout le monde pourra faire ce qu’il voudra »… Vous savez peut-être combien je suis attaché à la liberté sur Internet, mais la liberté ne peut être réelle que dans un monde où il y a des règles.

Le PS :
Le mot « Internet » n’est présent qu’une seule fois dans le programme, les mots « création » et « culturelle » renvoient à d’autres thèmes que les droits d’auteurs. « Auteur », « Artiste » sont absent du programme. Rien donc sur ce sujet…

Le MoDem :

Confirmer au plan européen le droit fondamental d’accès à Internet et de protection des données.

Le « droit fondamental » d’accès à Internet, ce sont les mots utilisé dans l’amendement Bono pour lutter contre la loi hadopi. Aucune surprise, donc, à ce que le MoDem aille dans ce sens. Il a toujours exprimé son opposition à cette loi. Ca pourrait être plus détaillé… (mais je suppose que c’est un choix pour ne pas imposer un texte de 68 pages…)

No comment…

Publicités

jeudi 4 juin 2009

L’Europe et son fonctionnement

Filed under: Actualité,Europe,Hors — mazzhe @ 10\1000
Tags: , , , , , ,

J-3 :   6ème épisode…

L’absention risque d’être le grand vainqueur de ces élections, mais je n’ai pas trouvé son programme… Je ne peux donc pas le comparer avec les autres ! Cependant, j’ai entendu certains de ses arguments.
L’Europe serait trop lointaine des citoyens, on ne comprend pas comment elle fonctionne, on ne sait pas à quoi ellle sert concrêtement…
Alors voilà. Pour savoir comment l’Europe intervient concrêtement dans vos vies, par exemple avec le FSE, venez vendredi soir, Salle Gaugin. Vous aurez une partie de la réponse.

Par ailleurs, plusieurs programmes évoquent le fonctionnement de l’Union, et surtout des améliorations possibles, pour rapprocher l’Europe des citoyens.

Le MoDem rappelle dans son cinquième engagement que l’Europe, c’est l’affaire des citoyens.

Nous devons rapprocher l’Europe des citoyens en construisant une Europe plus concrète, plus transparente, plus accessible. L’Europe doit être faite pour eux.

Il propose :

– d’organiser des débats publics avant les décisions, pour permettre aux citoyens de donner leur avis et saisir leurs députés,
– de rendre publiques les délibérations des gouvernements au sein du Conseil, de  en les diffusant par Internet et à la télévision.
– Instaurer un référendum d’initiative populaire européen.
– Honorer notre mandat par une présence assidue et une participation active aux travaux du Parlement.
– Informer les citoyens par un compte-rendu de mandat annuel.

le PS utilise en partie les mêmes mots, puis continue avec des propositions différentes :

L’Europe doit défendre et approfondir sa démocratie – État de droit et démocratie politique bien sûr […]. Elle doit se rapprocher des citoyens.

La démocratie, la transparence et la responsabilité doivent être les pierres angulaires de toutes les réformes des institutions européennes. Nous proposons notamment de renforcer la transparence en obligeant les lobbyistes et les agences de lobbying à […]rendre compte précisément de leurs interventions, des groupes ou institutions pour lesquels ils agissent et de tous les contacts qu’ils ont avec les élus, les divers services et l’ensemble des représentants officiels.

Nous plaidons pour un rôle accru des régions et des collectivités locales dans la vie de l’Europe[…]

Si ce contrôle des lobbyistes part d’une bonne intention, il me semble difficile à mettre en pratique. Je pense qu’il faudrait ré-étudier la question… En revanche, reforcer les liens entre l’échellon local, de proximité avec les citoyens, et l’échellon supranational qu’est l’Europe me semble un excellente idée.

A l’UMP, ce n’est clairement pas le citoyen (parlement) qui est mis en avant, ce sont les états (conseil) :

Le Conseil européen doit continuer à affirmer son leadership en fixant des lignes politiques fortes et des objectifs partagés. Le traité de Lisbonne nous apportera un président stable du Conseil européen.

La Commission européenne, avec son Président, doit être confortée dans son rôle de proposition. Elle doit être en initiative et réactive pour proposer des solutions communes face aux crises.

Le Parlement doit user de ses pouvoirs élargis pour décider sur un pied d’égalité avec les Ministres des Etats membres. C’est la condition d’une démocratie européenne.

Il n’y aura pas de politiques fortes si les institutions sont faibles.

Ils continuent en proposant un noyau dur de certains pays, créant ainsi une « haute Europe » et une « basse-cour », ce qui ne me semble pas être l’idéal pour renforcer le travail en équipe !

Nous savons aussi qu’il n’est plus possible d’avancer tous au même rythme dans une Europe à 27. Pour une Europe du possible et non du blocage, nous souhaitons que les pays volontaires pour aller plus loin et avancer plus vite puissent le faire dans des coopérations renforcées

C’est sous-entendu, que nous, les grands, les meilleurs, bref, les français, nous feront partie de ces volontaires. Mais si ce n’était pas le cas ? Comment va-t-on le vivre en France si des pays s’unissent pour « aller plus vite » sans nous ? Aura-t-on toujours l’impression de faire partie de la même communauté ?

Passons à un programme plus communautaire : Europe Ecologie :
En introduction, ils nous disent que « le nouveau contrat écologique et social que nous proposons a pour ambition de refonder l’Europe du Traité de Rome. » Puis, après le détails de leurs propositions, ils détaillent leurs 3 outils, dont celui appelé « un nouveau processus constituant » :

Nous devons sortir de la logique intergouvernementale qui n’a abouti qu’à exclure les citoyens de la construction européenne […] Il faut maintenant construire un espace public européen qui permette de transcender les intérêts nationaux. Pour relancer le rêve européen, nous avons besoin d’un nouveau pacte démocratique entre l’Europe et ses citoyens.

Il s’agit de rédiger une Constitution pour l’Union européenne énonçant les valeurs communes, fixant les principes d’action et les droits fondamentaux, établissant la répartition des compétences entre l’Union et les États, le législatif et l’exécutif, et construisant un nouveau système institutionnel démocratique. La Constitution doit surtout donner un véritable contenu à la notion de citoyenneté européenne, qui n’est pour le moment qu’une coquille vide. […].

Ils continuent à détailler cette idée de nouvelle constitution, qui doit être facilement compréhensible, et adoptée par une majorité – non pas nationale – mais européenne.

Bref…
Je ne reviens pas sur le programme de l’UMP… Je trouve le programme de PS plutôt positif, mais pas assez précis. Le programme des vert est toujours aussi intéressant, toujours très ambitieux, mais là pour le coup, c’est trop… On ne peut pas toujours tout refaire, réinventer la roue. Oui, il faut voir loin, et c’est ce qu’il font. Mais il faut partir de l’existant. Si on passe le bulldozer pour tout reconstruire, on n’est pas prêt de l’habiter, leur Europe. Le MoDem a des propositions intéressantes. On peut aller plus loin, bien sûr, mais il faut commencer par là.

——————————————–

Rappel :
Les références des textes que j’utilise sont indiquées dans mon introduction : ma campagne à moi…
Si vous avez un autre texte, ou une autre lecture, une autre façon de voir les choses, vous pouvez l’exprimer dans les commentaires.

Commentaires (0)

mercredi 3 juin 2009

L’Europe et les identités régionales

j-4 (encore) : 5ème épisode

Le breton est-il ma langue maternelle ?
Non. Je suis né à Tours où on ne l’parle pas.
Suis-je même breton ? Vraiment, je le crois.
Mais de pure race ? Qu’en sais-je et qu’importe ?
Séparatiste ? Régionaliste ? Autonomiste ?
Oui et non. Différent.
Mais alors vous ne comprenez plus…
Qu’appelons-nous être breton,
Et d’abord, pourquoi l’être ?

Français d’état civil, je suis nommé français,
j’assume à chaque instant ma situation de français.
Mon appartenance à la Bretagne n’est en revanche
qu’une qualité facultative,
que je puis parfaitement renier ou méconnaître.
Je l’ai d’ailleurs fait, j’ai longtemps ignoré qu’j’étais breton.

Français, sans problème,
il me faut donc vivre la Bretagne en surplus,
ou pour mieux dire, en conscience.
Si je perds cette conscience,
la Bretagne cesse d’être en moi.
Si tous les Bretons la perdent,
elle cesse absolument d’être.

La Bretagne n’a pas de papiers.
Elle n’existe que si, à chaque génération,
des hommes se reconnaissent Bretons.
A cette heure, des enfants naissent en Bretagne.
Seront-ils Bretons ?
Nul ne le sait.

A chacun,
l’âge venu,
la découverte, ou l’ignorance…

Non, ce n’est pas de moi. Mais je l’ai adapté à ma situation : j’ai changé 1 mot, que les connaisseurs auront repéré. Vous trouverez facilement ce texte sur le net, mais ce n’est pas là que je l’ai copié. Je le connais par cœur depuis que je suis devenu Breton.

A Orléans, l’identité régionale n’est pas aussi marquée qu’en Bretagne, en Catalogne ou aux Pays Basques. Le débat sur l’identité régionale peut sembler lointain.. Mais pour les Corses, ou aussi les Martiniquais, les Réunionnais, leur place dans l’Europe peut les inquiéter. Comment peut-on rester corse ou basque au sein de l’Europe ? Comment garder, cultiver et promouvoir une langue régionnale et une culture ? Est-ce que les différents candidats aux Européennes évoquent ce sujet ?

Le programme UMP, dans son point 18, évoque l’Outre-mer :

Nos régions ultra-périphériques et notamment nos départements et territoires d’Outre-mer sont les points d’appui et de rayonnement de l’Europe sur les 5 continents, mais détiennent par ailleurs, par leur biodiversité terrestre et marine, les moteurs de la croissance durable. Nous proposons d’agir pour qu’ils deviennent un exemple et une réussite pour l’Europe dans le respect de leur identité.

Ils souhaitent respecter leur identité de façon exemplaire. Mais rien n’est dit concernant les autres régions… (à moins qu’ils ne considèrent la Bretagne, la Corse et l’Alsace comme des régions « ultra-périphériques » ?)

Pour Europe Ecologie :

La politique culturelle de l’Union Européenne doit s’enrichir de tous les apports de la diversité européenne, notamment en favorisant […] la protection de l’héritage culturel européen, l’encouragement au multilinguisme et à l’espéranto, la protection des langues régionales. La diversité culturelle est une richesse de l’humanité et doit être préservée.

[…] Nous proposons que la charte européenne des langues régionales ou minoritaires soit traduite dans le droit européen et que les engagements qui y sont contenus soient applicables à l’ensemble des États de l’Union.

Pour info, la charte européenne des langues régionales a été signée, mais pas ratifiée par la France, donc celle-ci n’est contrainte à rien. La traduire en droit serait sans doute une solution pour contraindre les Etats, dont la France, à l’appliquer.

Pour le PS :

Nous soutenons la reconnaissance et la promotion de la diversité culturelle et linguistique de l’Europe, qui est une de ses plus grandes richesses et un aspect fondamental de son identité.

Je pense que s’ils ne disent rien de plus, si ils n’évoquent pas explicitement les langues régionales, c’est parce qu’une partie d’entre eux défent l’idée d’une seule langue en France pour maintenir une égalité, une unité entre les français. Ils n’évoquent donc pas la charte et restent un peu dans le flou, pour faire un consensus pas trop contraignant.

Pour le MoDem :

Pour une Europe protectrice des identités :
La construction européenne n’a jamais eu pour objet de faire disparaître les Etats-nations ni les cultures régionales. Au contraire, l’Europe reconnaît le pluralisme des identités et des cultures, à travers par exemple la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Cette diversité incroyable de notre continent est une richesse à entretenir.

Nous proposons de :
– Garantir les cultures, les modes de vie et les identités en Europe.

Le MoDem, comme le PS, rappelle l’importance de la diversité dans la culture européenne, mais va jusqu’aux langues régionales en évoquant la charte européenne des langues régionales ou minoritaires pour entretenir la diversité des cultures.

Bref,
« Enrichissons-nous de nos différences » disait Paul Valery. Pour qui n’a pas peur de l’autre, de la différence, la diversité est une chance. Il faut l’entretenir. Encore un fois, l’UMP fait bande à part dans mon analyse. Le PS soutient et promeut cette diversité, le MoDem va un peu plus loin, et Europe Ecologie est toujours plus ambitieuse, moins réservée…

PS : Pour ceux qui voudraient la référence du texte d’introduction, c’est par ici

——————————————–

Rappel :
Les références des textes que j’utilise sont indiquées dans mon introduction : ma campagne à moi…
Si vous avez un autre texte, ou une autre lecture, une autre façon de voir les choses, vous pouvez l’exprimer dans les commentaires.

L’Europe et la paix, l’Europe et l’international

j-4 : 4ème épisode

On continue… Ou plutôt, on revient en arrière. La première raison d’être de l’Europe, lorsque l’idée a germé après la deuxième guerre mondiale, c’est la paix. Pouvoir vivre ensemble, en paix.
Comment cette idée de « vivre ensemble, vivre en paix », et les relations avec les pays extérieurs à l’Europe sont-elles abordées par les différents partis ?

Alors, commençons par le PS… Leur sixième et dernier groupe de propositions s’intitule « Faire de l’Europe un partenaire fort pour la paix, la sécurité et le développement« . Il y est dit :

L’UE doit être à l’avant-garde de l’action pour la paix […]
Nous pensons que l’Europe doit exprimer une parole commune plus forte dans le monde […]
Nous devons augmenter notre influence et notre poids en unifiant nos positions et en parlant chaque fois que possible d’une seule voix. Le renforcement du rôle du Haut Représentant de l’Union pour la politique extérieure et de sécurité commune y contribuera de façon importante. […]
Les institutions mondiales actuelles, de leur côté, se sont révélées peu adaptées aux nouveaux défis globaux. L’Europe doit donc engager avec force, en partenariat avec la nouvelle Administration démocrate des Etats-Unis, le débat sur une gouvernance mondiale réformée, dans le sens du multilatéralisme et d’une coopération renforcée.

Sur la question de l’armement, le PS propose d' »intensifier les efforts en faveur du désarmement international » car ils veulent « un monde sans armes nucléaires« .

Puis le MoDem : Ils sont bien sur la même longueur d’onde en ce qui concerne la paix et la parole commune, mais le programme reste très discret sur ce point.

La construction de l’Europe est l’entreprise historique la plus pacifique et la plus novatrice de tous les temps.

Nous proposons que l’Union européenne s’oblige à agir de concert chaque fois que se présente une crise universelle.

Ils évoquent les relations internationales sur le plan de la solidarité internationale

Nous proposons de :
Mettre fin aux politiques de libéralisation des marchés agricoles qui ont ruiné les agricultures locales des pays pauvres.
Poursuivre l’engagement de l’Union en faveur de l’aide publique au développement.

c’est à peu près tout ce que j’ai trouvé.

A l’UMP, on trouve plus de choses, et on en apprend long sur leur façon de regarder le monde… Ca commence pourtant bien :

L’Europe des Pères fondateurs, celle de Jean Monnet et Robert Schuman, de Charles de Gaulle et Konrad Adenauer, s’est façonnée autour de valeurs de paix, de grands objectifs et de projets communs.

C’est l’esprit de cette Europe, audacieuse, qu’il nous faut retrouver.

Mais rapidement, on lit :

Être ensemble pour être respectés, pour se protéger
Notre force face à toutes ces menaces, c’est l’Union des Européens.

Pouvons-nous laisser les Etats-Unis seuls bâtir une économie plus durable et plus morale ?
Pouvons-nous laisser la Chine, la Russie ou l’Inde assurer la stabilité du monde ?
Pouvons-nous compter seulement sur nos Etats ? Seuls, le Royaume-Uni, l’Allemagne ou la France ne peuvent pas être entendus dans le concert des grandes puissances.
Pour relever ces défis nous avons besoin de l’Europe.

L’Europe ne doit pas être un problème.
L’Europe doit être une solution.

Renforcer nos frontières, préalable nécessaire à la lutte contre les différentes formes de crime organisé.

Faire preuve de fermeté sur l’immigration et l’asile

Ces gens ont peur. Ils cherchent à se protéger, et pour cela, ils veulent nous faire peur. Ils établissent des rapports qui sont des rapports de force, de peur, au lieu de penser « coopération », aide. Ils disent des choses qui peuvent être vraies, mais leur façon de les dire montre leur façon d’envisager le monde dans lequel nous vivons. Je ne vois pas le monde de la même façon.

Nous devons afficher un même visage et parler d’une seule voix forte pour être entendus et respectés face aux autres grandes puissances.

Comme soutien à notre action diplomatique, nous devons développer nos capacités de mobilisation civiles et militaires pour faire face aux crises et assurer la paix et la stabilité.
Mutualiser une partie de nos forces militaires de manière « autonome et complémentaire » de l’OTAN pour développer des capacités d’intervention et de renseignement à la hauteur des nouvelles formes de vulnérabilité […]
Renforcer nos capacités industrielles militaires, pour rendre notre armement plus moderne […]
Se doter de capacités pour lancer rapidement des opérations là où nos intérêts sont menacés […]

Si ils souhaitent, comme le PS, « parler d’une seule voix », leur vision de la paix est beaucoup plus « militaire ». Beaucoup trop ! (je n’ai pas tout mis) Je ne crois pas que la dissuasion soit toujours une méthode de prévention efficace.

Changeons de cap, et regardons du côté d’Europe Ecologie
Le neuvième et dernier pilier de leur programme « Contre l’apartheid planétaire, une Europe solidaire » développe leur idée de la solidarité internationale.

L’Europe est un espace et une force de paix depuis 64 ans. C’est un acquis formidable. […] l’Europe doit maintenant redonner du sens à son action dans le monde. Il est impossible d’assurer la paix dans le monde si la majorité de l’humanité continue à souffrir de la misère, de la faim et de la destruction des écosystèmes.

Ils proposent la création d’une politique étrangère et de sécurité commune « qui ne passe en aucun cas par l’adhésion à une OTAN dépassée« , et se positionnent très clairement sur le chemin de la démilitarisation :

Nous demandons le démantèlement des bases antimissiles des États-Unis sur le territoire de l’Union européenne et la fermeture des bases du système d’espionnage électronique Échelon.

L’Union européenne doit devenir une zone dénucléarisée […]. Elle doit se construire comme une puissance de paix prônant la prévention et la résolution négociée des conflits, à commencer par le Proche et Moyen-Orient. […]

Bref,
Je suis tous les jours un peu plus interloqué face à l’UMP. Je n’arrive pas à accepter leur logique de pensée. En revanche, je suis une nouvelle fois surpris par l’ambition du programme « Europe Ecologie ». Il me plait bien. Mais il est sans doute, comme moi-même, un peu utopiste et pas assez réaliste… Le programme du PS est plus modéré, réaliste. Je regrette de ne pas avoir trouvé plus d’éléments dans le programme du MoDem.

——————————————–

Rappel :
Les références des textes que j’utilise sont indiquées dans mon introduction : ma campagne à moi…
Si vous avez un autre texte, ou une autre lecture, une autre façon de voir les choses, vous pouvez l’exprimer dans les commentaires.

mardi 2 juin 2009

L’Europe, l’éducation et la recherche

j-5 : 3ème épisode

L’Europe a déjà un rôle important pour la recherche. Sa place est peut-être un moins grande dans le domaine de l’éducation, mais c’est un sujet qui me tient à cœur. Voyons ce que les différents partis en disent…

Commençons par l’UMP : leur 28ème point sur 30 s’intitule « Harmoniser les cursus universitaires et délivrer des diplômes européens« . Ils proposent de continuer sur la lancée de ce qui existe déjà : création de diplômes conjoints entre universités européennes, généraliser la mobilité (Erasmus), harmoniser les diplômes, et enfin développer le trilinguisme dans tous les pays.

Rien à redire. Tout est intéressant.
Tiens, un point nouveau : « Editer un manuel d’histoire européen pour permettre aux jeunes générations de mieux s’approprier ce bagage collectif. » Et donc, tous les élèves de l’Europe devront utiliser le même manuel ? Tous les profs devront faire cours de la même façon ? Non, ce n’est pas un « manuel » qu’il faut faire… C’est un programme commun. Les professeurs sauront bien proposer ce « socle commun » à leur façon, et ça passera mieux…

En ce qui concerne la recherche, leur point 19 « Innover ensemble » met l’accent sur la mise en commun des recherches, entre autre pour pouvoir rivaliser avec les Etats-Unis.
Ils proposent aussi de « définir des critères obligatoires pour les dépenses publiques et privées en matière d’innovation et de recherche »

Le PS, de son côté, parle de l’éducation dans le « Pacte Européen pour le développement de l’emploi » qu’il propose :

Les ressources du Fonds social européen doivent être mobilisées pour le retour des travailleurs à l’emploi et pour le renforcement des qualifications. Dans une économie ouverte comme l’Europe, l’investissement dans l’éducation est fondamental pour la croissance et la création d’emplois plus qualifiés et mieux rémunérés. […]. Nous aurons aussi à ouvrir largement et équitablement la formation tout au long de la vie, avec une priorité à la formation de la ‘deuxième chance’ pour ceux et celles qui n’ont pas pu achever une scolarité complète. Ce soutien peut être apporté par des politiques européennes, nationales et régionales. En partant du succès du programme ERASMUS nous proposons d’augmenter dans le budget européen les crédits destinés aux échanges des Européens, pour élargir cette mobilité […] pour offrir au plus grand nombre la possibilité d’étudier à l’étranger. La mobilité doit être la règle, non l’exception : tout jeune Européen doit y avoir accès.

Nous entendons négocier […] des objectifs et des normes pour les politiques nationales de solidarité, de santé et d’éducation afin de lutter contre la pauvreté et les inégalités […]

C’est tout aussi intéressant. Comme l’UMP, le PS souhaite aller plus loin dans le programme Erasmus.
J’apprécie tout particulièrement l’idée de la formation de la deuxième chance.  (Le MoDem d’Orléans en avait parlé lors des municipales, et l’ouverture d’une « E2C » faisait partie du programme de Serge Grouard (p18). Où en est-on aujourd’hui ?)
Concernant la recherche, le PS nous dit :

7. Il est essentiel d’augmenter fortement les investissements de recherche-développement et l’innovation pour une croissance écologique et innovante et donc pour notre prospérité à long terme.
Les Etats-Unis dépensent aujourd’hui 50% de plus que le total des Européens dans ces domaines. L’Europe doit rattraper l’écart et devenir le premier investisseur dans la préparation de l’avenir.

Je ne peux qu’approuver pleinement. (Mais il faudra qu’on reparle de financement un de ces jours…)

Le MoDem, à propos d’éducation et de recherche s’engage :

8 – Le savoir et la connaissance priorités de l’Europe.
Une société avancée, à haut niveau de protection sociale, ne peut se défendre dans la mondialisation que par un haut niveau de connaissance, de maîtrise des sciences et des technologies nouvelles.
Nous proposons un doublement progressif du budget européen pour la recherche et, en liaison avec les États membres de l’Union, une aide pratique au dépôt de brevets.

Nous proposons de :
Financer l’éducation, la santé et la formation tout au long de la vie des citoyens européens car ces biens supérieurs ne peuvent dépendre exclusivement de la loi du marché.
– Assurer l’apprentissage de deux langues vivantes européennes et de l’histoire de l’Europe dans les programmes scolaires.
Développer les échanges pour les étudiants et pour les apprentis en fondant un nouveau programme Erasmus accessible à tous et soutenu par un système de bourses plus étendu.
Mener une véritable politique de recherche européenne en doublant le budget européen de la recherche et en instaurant une aide pratique au dépôt des brevets.

Tiens, ici encore, on parle d’élargir Erasmus, de favoriser l’apprentissage des langues, et de formation « post-école »… (Puisque j’ai évoqué les finances, vous pouvez jeter un coup d’œil à l’engagement 9, ils en parlent)

Enfin, Europe-Ecologie :

un investissement massif dans l’éducation et la recherche. Nous voulons un plan de lutte contre l’illettrisme, un statut social européen de l’étudiant, et le doublement et la réorientation des moyens de la recherche vers la reconversion écologique et sociale.

C’est un peu moins précis là, mais il y a des détails dans leur programme de 68 pages. Tiens, on ne parle pas d’Erasmus ? Ah, si : « Les dispositifs de type ERASMUS doivent donc être renforcés et étendus avec comme objectif que chaque personne en formation ait au moins une opportunité de partir. » C’est bon, il y a tout.

Bref :

Tout le monde est d’accord. L’éducation et la recherche, c’est important. Il faut aller plus loin dans ce domaine, ensemble. (et il faut encourager, renforcer, étendre Erasmus !)
L’avantage de ce sujet là, c’est qu’il n’est pas très polémique. Les eurodéputés qui seront élus arriveront donc à trouver des accord et faire avancer les choses. Chouette !
« Yapluka » attendre…

——————————————–

Rappel :
Les références des textes que j’utilise sont indiquées dans mon introduction : ma campagne à moi…
Si vous avez un autre texte, ou une autre lecture, une autre façon de voir les choses, vous pouvez l’exprimer dans les commentaires.

lundi 1 juin 2009

L’Europe, l’écologie, le développement durable

J-6 :   2ème épisode…

Quels sont les enjeux majeurs de notre société actuellement ? Pour moi, l’avenir de la terre, de l’humanité, et de l’humanité sur terre sont essentiels. Comment ces problèmes d’écologie et de développement durable sont-ils mis en avant dans les différents programmes ?

Pour Europe Ecologie, on ne sera pas surpris, ce point est très largement développé et mis en avant. Dès l’introduction de leur programme, ils annoncent la couleur : Ils proposent de changer de modèle de développement, de changer de civilisation, de changer d’ère. (Ouf, on s’arrête là. C’est déjà pas mal : un modèle de développement dure de quelques dizaines à quelques centaines d’années. Une civilisation de quelques centaines à quelques milliers d’années, une ère gènéralement plusieurs millions d’années. Notons au passage que l’ère actuelle, l’Anthropocène a débuté vers 1800, lorsque l’action de l’espèce humaine est devenu une force géophysique agissant sur la planète)

Donc, revenons à nos moutons. Le très ambitieux programme d’Europe Ecologie propose de « fixer la
logique d’un nouveau projet
 » en  s’attaquant « à la double racine des crises financières, économiques et écologiques : la dictature du court terme et l’exploitation effrénée des êtres humains et de la nature. »

[…] (l’Europe transformée) reposera sur la protection sociale, la précaution écologique, la prévention des risques, la décroissance de l’empreinte écologique et des flux de matière et d’énergie

Ce thème se retrouve filé dans 6 des 9 piliers de leur programme.
Ils proposent :

  • une communauté européenne des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique dotée d’objectifs et de moyens ambitieux pour engager la révolution énergétique.
  • une Politique agricole commune écologique des produits locaux, saisonniers, de qualité et accessibles pour lutter contre la malbouffe, une Union européenne sans OGM, 30% de bio et 100% d’agriculture durable
  • Un Pacte de Coopération Ecologique et Solidaire européen pour remplacer le Pacte de stabilité et de croissance du traité de Maastricht.
  • etc.

Pour l’UMP :

Nous voulons une Europe verte.
Instauration d’une TVA à 5,5% sur les véhicules propres.

C’est tout ? Ha non, c’est un peu court, jeune homme… On pouvait dire, Oh ! Dieu ! Bien des choses en somme… Mais c’est le seul point écologique qu’ils ont noté dans leur tract, en dernière position. Je trouve ça un peu maigrichon. Heureusement, si on travaille plus en fouillant encore, on gagne plus :

Tous les experts sont unanimes : si nous n’agissons pas immédiatement, les scénarios même les plus optimistes prévoient un réchauffement irréversible de la Terre. […]. Le changement de comportement n’est plus une question de calendrier ou de diplomatie, c’est tout de suite !

La réduction des gaz à effet de serre, la conversion à des énergies propres, non-carbonées et la préparation de l’« après-pétrole », voilà l’urgence pour tous.

point 17/30 de leurs propositions : Notre objectif est clair : devenir l’économie la plus sobre en carbone et en énergie au monde ; Proposer un « Stockholm de l’environnement » ( sur le modèle du Grenelle en France) ; Définir les secteurs stratégiques où l’Europe devra concentrer ses investissements et qui bâtiront cette « éco-croissance » comme l’éducation, la santé, l’énergie, l’eau, la forêt et le bois, les transports, les déchets, le bâtiment, le développement durable, l‘alimentation et les services à la personne.

Point 22/30 : Développer les initiatives durables comme les énergies renouvelables marines, le ferroutage et le transport maritime et fluvial […] ; Associer nos partenaires à la lutte contre le changement climatique […]

Si on s’en tient aux mots, leur engagement semble fort. Cependant si ont lit leur programme « en négatif », on voit qu’il faut attendre le 17ème point pour entendre parler d’écologie, et qu’il n’y a que 2 points sur 30 qui en parlent. Par ailleurs, un « Stockholm de l’environnement » sur le modèle du Grenelle d’ici bas… Quand on voit le succès de l’opération, cela n’a rien de très enthousiasmant de le proposer à une plus grande échelle !
Pour faire bref : ce n’est pas leur priorité. Dommage, c’est une des miennes…

Le Parti Socialiste : La lutte contre le réchauffement climatique arrive en troisième position, après l’économie et l’Europe sociale.

L’Union européenne doit prendre la tête des négociations internationales afin d’aboutir […] à un objectif mondial de réduction, de 30% à l’horizon 2020, des émissions de gaz à effet de serre

Nous proposons d’augmenter le soutien de l’Europe aux pays en développement pour qu’ils puissent lutter contre le changement climatique

[…]définir un projet global et à long terme pour les politiques énergétiques et pour le développement durable de la planète

(et encore quelques propositions à propos de l’énergie)

Pour le Mouvement Démocrate : La vision écologique à long terme est leur 3ème engagement, après l’Europe de la paix et le projet de société humaniste.

Notre patrimoine écologique, les sols, l’eau, le climat, les espèces vivantes, les paysages, les modes de vie, les savoir-faire, n’appartiennent pas seulement à notre génération, mais aux générations à venir.
Nous proposons que tous les choix politiques européens prennent en compte cette solidarité entre générations. C’est l’intégration du « soutenable » ou du « durable » dans les décisions européennes.

Puis comme le PS, un vision solidaire avec une aide aux pays en voie de développement :

(en matière d’environnement…) Nous demandons l’équité : pour les pays développés, les produits qui entrent en Europe doivent être soumis aux mêmes règles que ceux que nous fabriquons. Pour les pays les plus pauvres, nous devons les aider à appliquer progressivement ces mêmes règles.

Enfin, « pour une Europe à l’avant garde du Développement Durable » :

Nous proposons de :
Repenser nos modes de transports, de production et de logement.
Recourir massivement aux énergies renouvelables
Mener un grand programme de recherche européen pour développer les énergies du futur.
Développer les activités économiques issues du végétal
Orienter les financements des fonds sociaux européens vers la formation aux nouveaux métiers du développement durable.
Imposer une notation sociale et environnementale européenne aux grandes entreprises et renforcer leurs obligations en termes de responsabilité sociale et environnementale.
Instaurer une taxe carbone européenne qui pénalisera les énergies fossiles les plus polluantes.
Taxer les pollueurs pour qu’ils soient incités à modifier leur comportement.
Instaurer un moratoire sur les OGM
[…]

Bref…
Pour ce que je considère comme étant le plus grand enjeu auquel nous devons faire face, la réponse de l’UMP me paraît dérisoire, pour ne pas dire inexistante. La réponse du PS est bonne, réaliste, mais pas suffisament ambitieuse.
J’aime beaucoup les propositions du MoDem. C’est un des points forts de leur programme, et leurs réponses sont variées. Je suis en particulier très favorable à une « taxe carbone », qui permettrait de renforcer les petites économies locales aux détriments des délocalisations, et qui changerait les mentalités en utilisant le nerf de la guerre…
Enfin, j’aime aussi beaucoup la vision d’Europe Ecologie sur ce sujet qui est leur cheval de bataille. Toute leur politique, toutes leurs décisions sont croisées avec une vision écologique, durable. Leur seul défaut serait d’oublier que l’Europe n’est pas seule au monde, et qu’il va falloir composer avec les autres grands pollueurs. (le PS parle de négociations internationales, et l’UMP l’évoque rapidement)

——————————————–

Rappel :
Les références des textes que j’utilise sont indiquées dans mon introduction : ma campagne à moi…
Si vous avez un autre texte, ou une autre lecture, une autre façon de voir les choses, vous pouvez l’exprimer dans les commentaires.

dimanche 31 mai 2009

Ma campagne à moi…

Filed under: Actualité,Europe,Hors,Mouvement Démocrate — mazzhe @ 11\1100
Tags: , , , ,

J-7.

Je fais ma campagne sur mon blog. Une à deux fois par jour jusqu’à vendredi, je vais relever des points qui m’interéssent dans les programmes que j’ai pu trouver pour les européennes.
Je regarderai le programme du PS (PSE), trouvé ici : http://www.changerleurope.fr/
Celui d’Europe Ecologie (EGP), ici : http://www.europeecologie.fr/programme
Celui du Mouvement Démocrate (ADLE), ici : http://www.mouvementdemocrate.fr/vie-du-modem/europe2009/europe-projet-synthese-031208.html/
Celui de l’UMP (PPE), ici : http://www.ump2009.eu/projet
Je n’ai pas le temps de regarder les autres, mais si vous souhaitez les mettre en commentaires, ils seront les bienvenus.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.