Hors et En

lundi 10 septembre 2012

A-t-on vraiment besoin d’une voiture ?

Comme je vous l’expliquais dans mon dernier article, ma femme et moi hésitons à reprendre une voiture.
Cette réflexion tombe à point, juste avant la semaine de la mobilité (journée sans voiture).
Voici les éléments de notre réflexion…

Nous avons besoin d’une voiture parce que, pour faire court, nous sommes une famille nombreuse !
Détails…
– Avec 5 enfants entre 9 et 1½ ans, partir en vacances sans voiture, par exemple par le train, c’est plus cher, mais surtout difficile, très galère, impossible, impensable, inimaginable, laissez tomber.
– Aller faire les courses à vélo, pour un couple d’amoureux, c’est très bucolique… Mais pour 7 personnes, ça devient plutôt acrobatique ! (comptez environ 18 litres de lait, soit 3 packs, par semaine, puis ajoutez 50 yaourts, « un peu » de chocolat…)
– Et le mercredi ? Aller chercher l’ainé (et son violoncelle) au solfège, emmener le deuxième (et un copain) à la piscine, et il serait bien que notre numéro trois fasse une activité, aussi, cette année, pour éviter de se défouler sur le canapé… Ah zut, il y a aussi le rendez-vous d’ophtalmo de notre fille… Les transports en commun, c’est pratique, mais c’est nettement moins rapide…
– On est toujours en train de réaménager notre maison. Vous croyez qu’on peut mettre des plaques de plâtre dans le tram ? Emporter une baignoire à la déchetterie sur mon vélo ?
– Nous avons accepté des responsabilités associatives, ce qui entraîne quelques réunions vespérales. On peut se débrouiller pour se faire emmener, mais qui remmènera notre babysitter à 23h30 ?

D’un autre côté, nous avons de la chance parce que…
– Je travaille maintenant à domicile, ou à Paris. Je peux donc atteindre mon lieu de travail, suivant les jours, en pantoufles ou en bus+train+vélib.
– Ma chère et tendre ne travaille pas, enfin si, elle a beaucoup de travail, puisque nous avons 5 enfants, mais pour la maison, à la maison.
– L’école est à 5 minutes à pieds (et encore : les pieds de notre fille de 3 ans, qui n’est pas toujours pressée d’avancer)
– Nous avons un supermarché tellement proche de chez nous que je reviens avec le chariot pour le vider directement dans le frigo avant de le remmener sur le parking (et il m’est arrivé d’être plus rapide que ceux qui chargent leur voiture). Il propose moins de choix que le grand hypermarché un peu plus loin, ni les scanners qui permettent de passer plus rapidement à la caisse, mais on ne va pas se plaindre.
– Nous avons 3 lignes de bus et 1 ligne de tram à moins de 1 km.
– J’ai réussi à réparer mon vélo.
– Orléans lance dans une semaine son service d’auto-partage : Auto’Tao. Une station sera à moins d’1 km de chez nous. Aucune voiture ne permettra de mettre 5 enfants (et 4 sièges auto) et 2 adultes, mais on ne se déplace pas toujours avec le cheptel au complet…

Et pour couronner le tout :
– Mes parents, actuellement en coopération à l’étranger, m’ont demandé de veiller sur leur voiture. Équipée de strapontins dans le coffre, elle peut occasionnellement emmener 7 personnes (si il n’y a pas de bagages).

Nous avons donc décidé de tenter l’expérience d’une année sans voiture.

L’idée n’est pas de renoncer à la voiture, mais de profiter de nos conditions actuelles, pour évaluer notre besoin réel. A chaque fois que nous emprunterons la voiture de mes parents, nous noterons le temps, le kilométrage, et le coût si nous avions loué la voiture d’Auto’Tao ou celle d’un loueur privé.
Nous pourrons, à la fin de l’année, faire le bilan de l’expérience, et décider ou non de racheter une voiture…

Publicités

mercredi 5 septembre 2012

Nouvelle année, nouvelle vie, nouvelle expérience.

J’ai hésité pour le titre de cet article :
« Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde » sonne bien, mais c’est d’un trop haut niveau pour ce que j’ai à dire.
« C’est la rentrée ! » est peut trop classique…
« Le changement, c’est maintenant » a un air de déjà vu…
Mais c’est un peu tout ça que je veux écrire ce soir.

Non, je ne vous parlerai pas de mon bonheur professionnel, je veux vous parler de ma voiture (sujet qui peut paraître inhabituel sur ce blog, mais vous allez vite comprendre pourquoi).

J’avais une voiture qui avait déjà pas mal roulé, puisqu’elle avait dépassé les 15 ans et 350 000km. Mais lors du dernier contrôle technique, le contrôleur m’a confirmé ce que je pensais : ça y est, c’est fini. Paix à son âme.

Première question :
Que faire d’une voiture qui roule encore correctement, mais qui vaut moins que le coût de la remise aux normes ?
Je n’avais pas envie de la jeter dans une casse quelconque. Je m’y étais un peu attaché et je n’aime pas jeter ce qui peut encore servir…
J’ai trouvé une solution plus noble : je la donne demain à une association « les autos du cœur« , qui procédera aux réparations nécessaires pour qu’elle soit sûre et qu’elle aie le droit de rouler. Elle servira ensuite pour une famille qui n’a pas les moyens d’en acheter une.
Tout le monde est content : la future famille, l’association, la voiture et moi.

Deuxième question :
Comment la remplacer ?
Nous avions bien anticipé le besoin et mis de l’argent de côté. Mais en a-t-on assez ? Quelle voiture choisir ? Après avoir, au début de l’été, comparé longuement les petites annonces et le compte en banque, on a fini par se poser la question de notre besoin réel.

On en arrive donc à notre troisième question :
En a t-on vraiment besoin ?

Je vous détaillerai notre réflexion, et notre décision, dans les jours à venir.
Ceux qui sont cependant impatients de connaître la réponse peuvent toujours relire le titre et le premier paragraphe de cet article… 😉

jeudi 5 juillet 2012

La page est tournée.

Filed under: Education,perso — mazzhe @ 17\0526

Ca y est, une page est tournée.

Est-ce juste une année scolaire qui s’achève, comme d’autres ? Non. C’est la quille, la libération, la fin d’une épreuve, le début du bonheur…

Depuis plusieurs années, l’Éducation Nationale m’a complètement vidé.
A partir de l’année prochaine, elle va me décharger complètement…

A partir de l’année prochaine, bien que je reste officiellement un employé de l’éducation nationale, je ne serai plus chargé d’enseigner. Je quitte les salles de classes, la craie, le sourire et les cris des élèves, et les conseils d’école. Les évaluations, les inspections, les préparations et les corrections. Les PPRE, l’APER, le B2I, et l’APS…
Finies les longues soirées d’hiver (et d’été) angoissées, passées à préparer des cours, sans avoir le temps de faire quelque chose de qualité. Finis les week-ends de travail pour les enfants des autres, qui m’empêchent de profiter de mes enfants à moi.

Je vais me rendre utile différemment, derrière un ordinateur. De nombreux collègues, écrasés par le mammouth, tentent de faire leur métier dans des conditions satisfaisantes. Ils sont pour cela soutenus par des élus du personnel, et je vais essayer de faciliter la communication entre eux. Ce sera mon travail, la raison pour laquelle je serai déchargé.

Pour moi, il s’agit d’un soulagement. J’ai l’impression de sortir de prison. Je vois le soleil. Je respire l’air de la montagne. Je me sens bien… J’en suis impressionné : j’ai beaucoup aimé mes élèves de cette année. Je pensais que j’aurais un pincement au cœur en les quittant, en tournant la page… Et bien non, rien. Je jouis d’un plaisir sans nuage. Je jubile devant le paysage qui s’offre à moi, sans un regard en arrière. Je me sens bien, je me sens jeune, je me sens libre, je me sens neuf, je me sens en vacances, à la retraite à 35 ans.

Je n’ai plus de travail : je suis employé. Ça change la vie…

Quel bonheur !

PS : Un livre qui pourrait m’intéresser est sorti récemment, mais je n’ai pas le courage de le lire. Il me faudra quelques années, je pense, avant de le pouvoir. Si vous l’avez lu, n’hésitez-pas à m’en faire part, ça m’intéresse !

dimanche 13 mai 2012

Travail / Emploi

Filed under: perso — mazzhe @ 12\1226
Tags: ,

Ma vie professionnelle se partage en deux mi-temps.

Les dimanches, lundis et mardis, j’ai un travail :

De l’ancien français travail (« tourment, souffrance ») venant du bas latin tripálĭum : « instrument de torture à trois poutres ».

Les jeudis et vendredis, j’ai un emploi :

de employer, issu du latin implicare : « impliquer ».

La décision que j’ai prise l’année dernière était bonne. A partir de l’année prochaine, je ne travaillerai plus. Je serai impliqué…
Et je pourrai profiter pleinement cette phrase de Confucius  : « 选择你所爱的工作,你将永远不会有一天在你的生活。 » ( « Choisis un métier qui te plaît, et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie. » )
Allez, en attendant, j’ai encore du travail, je vous laisse…

samedi 14 avril 2012

Nous avons le choix

Filed under: Actualité,Présidentielle — mazzhe @ 13\0150

Incroyablement dopée par la campagne de François Bayrou, une internaute que j’aime beaucoup me propose de mettre en ligne un texte qu’elle a trouvé sur internet et adopté. Je lui laisse le clavier…

NOUS AVONS LE CHOIX

Voter pour un président est un acte sérieux.

Nous sommes appelés tous les cinq ans dans notre pays démocratique à choisir la personne qui selon l’article 5 de la constitution assure la continuité de l’État :


« Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’État. Il est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire et du respect des traités. »

A ce titre il nomme le Premier ministre et préside le Conseil des ministres.


Mais voilà, peu de gens connaissent ce texte… et son application par le Président actuel a été très « personnelle ». Il s’est en effet conduit en Premier ministre. Or comment choisir la personne la mieux qualifiée pour cette fonction ?

Nous avons dix candidats. Parmi ceux-ci, cinq ne prétendent pas vouloir assumer réellement cette fonction -Artaud, Poutou, Cheminade, Dupont-Aignan, et Joly -. Deux ont un programme peu réaliste en termes de faisabilité politique, Le Pen et Mélenchon, mais représentent des sensibilités qu’ils veulent pousser dans le débat, et c’est légitime. Il reste les deux candidats des deux grandes formations politique qui exercent concrètement le pouvoir aujourd’hui (au gouvernement pour l’UMP, dans les régions et au Sénat pour le PS). Ces deux formations sont directement responsables de la situation politique de la France : manque de respect des institutions, dont le Parlement, pratiques excessives du cumul des mandats, entorses régulières au financement des partis… Sur le plan économique, il est grand temps de considérer qu’en économie mondiale ouverte, le pouvoir politique national n’est pas le seul responsable de la désindustrialisation de la France. Ce sont les dirigeants d’entreprises, et de façon générale ce qu’on appelle « le marché », qui ont arbitré contre l’emploi en France en faveur de coûts de production immédiats plus bas dans les pays émergents. Il faut aussi reconnaître que ni la fiscalité, ni les règles de financement de la sécurité sociale n’ont accompagné la transformation sociologique et économique de la France, où on vit plus longtemps et où on travaille moins, comme dans tous les pays développés d’ailleurs…

Alors après avoir essayé le PS et l’UMP (RPR ou autres formes identiques), nous sommes confrontés à un choix simple entre trois personnes qualifiées : Continuer avec N. Sarkozy, dont on connaît les pratiques, les forces et les faiblesses, essayer F. Hollande, qui n’est pas très nouveau dans le paysage politique et qui ne semble pas toujours savoir de quoi il parle lorsqu’il promet monts et merveilles tout en disant « ça dépendra de l’audit », ou opter pour F. Bayrou dont tout le monde (même ses adversaires!) reconnaît les qualités d’honnêteté, de sérieux, d’humanisme et de pédagogie. Certes il n’est pas appuyé par un grand parti, et justement il est le seul à pouvoir réformer les pratiques politiques car il n’a pas de « grands barons » à servir, certes il ne fait pas rire par ses blagues « à la Mélenchon », certes il ne court pas les dîners en ville, habite à la campagne, parle vrai, sans glamour… Il n’est marié ni à une journaliste, ni à un ex-top model chanteuse… Un homme normal, non ?


Dans les temps durs que nous allons traverser, pour s’entourer des meilleurs, d’où qu’ils viennent, écouter les gens avec respect, essayer de trouver des solutions et non pas d’appliquer des recettes, alors cet homme, robuste, humaniste, pragmatique, peut être le pivot d’un nouveau système d’exercice du pouvoir plus efficace et plus humble que ce que nous avons connu. Pour moi, le pari est clair : voter Francois Bayrou est le seul moyen d’ouvrir le vrai débat sur la réalité de notre situation politique, économique, sociale et d’engager avec réalisme le chemin d’un renouveau de la France adapté au contexte du XXIe siècle.

vendredi 13 avril 2012

Prévisions de croissance

Vous savez que je suis un très grand économiste… (voir ici)

Je serai donc très court et je ne ferais que citer un article que j’ai réussi à comprendre :

On le voit, tous ne font pas le même postulat. François Hollande et le projet PS retiennent en fait 2% à 2,5% de croissance d’ici à 2015, tandis que l’UMP en reste à 2%. Plus prudent, François Bayrou parie sur 1,5% de croissance.
Sur les dix dernières années, donc depuis 2002, le taux de croissance moyen en France a été de 1,46%.
Il n’ a été supérieur à 2% que trois  années, en 2004, 2006 et 2007.

Voilà.

source : http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/04/10/chiffrage-des-programmes-si-vous-avez-rate-un-episode_1680637_1471069.html

mardi 3 avril 2012

La France dans 6 mois selon Bayrou

Filed under: Actualité,Lois,Présidentielle — mazzhe @ 21\0938
Tags: , , ,

Si Bayrou était élu, que ferait-il ?

Voici, sur son site, le détail de ses 6 prochains mois si il est élu. Vous ne trouvez pas que ça nous ferait du bien ?

Je détaille juste le premier point : il propose un référendum dès le 10 juin, c’est à dire en même temps que les législatives. Il nous demandera notre avis sur cette question :
« Approuvez-vous le projet de loi-cadre tendant à la moralisation de la vie publique soumis au peuple français par le président de la République ?  »
Dans cette loi, on trouve beaucoup de points très attendus, mais que les candidats des 2 gros partis ne mettront jamais en œuvre :

– l’interdiction du cumul des mandats pour les députés. (et limité à 1 mandant local pour les sénateurs, qui représentent les collectivités locales)

– la reconnaissance du vote blanc, pour pouvoir dire « aucun candidat ne me plaît »

– interdiction pour un parti politique de financer un autre parti (c’est à ça que servent les myriades de micro-partis qui gravitent autour du PS et de l’UMP : recevoir des dons privés et les donner au parti-mère, n’est-ce pas MM. Woerth, de Maistre, Mme Bettencourt et consorts ?)

– l’inéligibilité pour 10 ans en cas de condamnation pour corruption

– l’indépendance du garde des sceaux, des médias, les déclarations d’intérêts, etc…

Franchement, ça ne vous tente pas ? Vous faites confiance à qui pour mettre en place ces lois ? et dans combien de temps ?

Allez, pour lire la proposition de loi en entier, c’est ici.

Ajout :
J’ai envoyé ce soir un courrier à quelques amis pour donner mon point de vue sur ces propositions. Parmi les réponses, je lis « il n’atteindra pas le 2ème tour« . Franchement : est-ce bien un argument ? Que risque-t-on à voter pour lui ? Si il y est, on aura gagné ça, sinon, il sera toujours temps de faire un autre choix  (par exemple : continuer la résistance ou partir à l’étranger ?)
Si vous me répondez, dites-moi « je ne suis pas d’accord » ou « je préfère un autre candidat« , mais pas « je suis d’accord mais je ne voterai pas pour lui parce qu’il ne sera pas au second tour.« 

C’est VOUS qui le faites, le second tour !

vendredi 2 mars 2012

2 candidats : François ou François ?

Dans mon dernier article, j’expliquais pourquoi il n’y a que 2 vrais candidats pour l’élection présidentielle de 2012.

Ces 2 candidats, ces 2 François, me plaisent bien et  disent des choses qui me plaisent.

Mais l’un des deux fait des promesses qu’il ne pourra pas tenir, car son programme est fondé sur des hypothèses de croissance irréalistes (voir ici). S’il appliquait réellement son programme, cela conduirait à une augmentation massive de la dette, une dégradation des conditions de prêts, un scénario à la grecque, et la sortie de l’euro (ici, par un ancien ministre du budget)… Sa proposition de taxer les riches est tout aussi improbable, car s’il l’appliquait, les riches en question iraient se domicilier ailleurs, ne paieraient plus aucun impôt en France, et les bénéfices de cette action risqueraient d’être négatifs (Il l’a d’ailleurs dit lui-même à médiapart) ! Le programme de François Hollande est tellement irréaliste que quelques blogueurs se demandent s’il est fou ou s’il ment
Je pense pour ma part qu’il ment. Qu’il fait ces annonces pour « faire du buzz », reprenant ainsi les méthodes désastreuses de son premier rival. On le voit d’ailleurs lorsqu’il revient sur ce qu’il a annoncé. « Mon ennemi c’est la finance« , mais devant la city de Londres : non, non pas du tout, la place forte de la finance néolibérale débridée, n’a rien à craindre des régulations « socialistes » à venir. (source). Le quotient familial sera supprimé, non réformé, non adapté, non fusionné, euh, je ne sais plus. Il ne faut pas faire d’impôt confiscatoire sur les grandes fortune, mais j’en fais un de 75% (sans compter la CSG)…  Bref. Un pas en avant, 2 pas en arrière. Tant qu’on parle de moi, c’est l’essentiel, j’ai bien compris la méthode : dire n’importe quoi, un fois élu j’oublierai tout et je ferai ce que je voudrai.

Cela me rassure quant au danger potentiel de François Hollande. Il n’est pas si dangereux que ça, puisqu’il ne fera pas ce qu’il dit. Mais du coup, je ne sais pas ce qu’il fera.

En revanche, François Bayrou fonde son programme sur les hypothèses de croissance pessimistes du FMI. Il propose deux tranches supplémentaires d’impôts sur le revenu, moins élevées, mais plus efficaces (ou ici, plus détaillé). Il ne promet pas des postes supplémentaires, des « emplois d’avenir » ou de revenir à la retraite à 60 ans. Son programme fait moins plaisir à lire, mais il est plus réaliste. Il pourra être appliqué. François Bayrou présente ce qu’il veut réellement faire, sans démagogie. Bien ou moins bien, c’est clair, on sait ce qu’il va faire. C’est le candidat de la vérité.

Par ailleurs, François Bayrou a démontré a plusieurs reprises (ici ou , par exemple) que «  le monde politique français tel qu’il est avec ces deux partis qui ont tous les pouvoirs, est incapable d’être réformé par ceux qui le détiennent. » Si François Hollande arrive à l’Élysée, le PS contrôlera « la majorité des petites communes, la majorité des villes moyennes, 60 % des grandes villes, 60 % des départements, 90 % des régions, le Sénat, l’Assemblée Nationale, le gouvernement et la présidence de la République« . Vous croyez qu’il changera le système politique qui lui assure ce pouvoir ? C’est impossible…

François Bayrou a annoncé que s’il est élu, il organisera un référendum le 10 juin, c’est à dire en même temps que les élection législatives, pour changer un certain nombre de règles de la vie politique française : financement des partis, cumul des mandats, reconnaissance du vote blanc, parité réelle, proportionnelle à l’assemblée, et j’en passe… De quoi faire enfin espérer que la démocratie n’est pas qu’un joli mot…

Pour toutes ces raisons, entre les 2 seuls candidats éligibles, je choisirai de voter Bayrou.

jeudi 1 mars 2012

2 candidats, un seul tour.

Dans l’élection présidentielle qui vient, il n’y a que 2 candidats.

Entendez par là : il n’y a que 2 candidats susceptibles d’être élus. Les autres figurants de cette élection se rangent en 2 catégories : ceux qui peuvent atteindre le second tour mais n’ont aucune chance d’être élus, et ceux qui n’atteindront jamais le second tour. On se retrouve donc avec un duel, qui se jouera en un seul tour.

Ces deux candidats sont François Hollande, favori des sondages, et François Bayrou.

Les médias nous rebattent les oreilles avec un autre candidat, que l’on croyait perdu et qui semble remonter péniblement la pente… On nous parle d’un futur hypothétique « croisement des courbes »… Mais regardez mieux ce qu’on ne dit pas : au second tour, les sondages le donnent systématiquement perdu à plate couture. Le meilleur sondage le donne à 10 points (!) de François Hollande !!! (en 2007, il avait gagné avec 6 points d’avance, et les médias avaient jugé cette avance « considérable »…) Et là, pas de resserrement, de perspective de croisement, rien. Ça ne bouge plus depuis des lustres. Bref, ne vous y trompez pas, il s’agit d’un figurant de premier plan, mais d’un figurant qui n’a AUCUNE chance.
En 2007, j’avais alerté mes amis de gauche sur le fait que voter Royal, c’était élire la droite… Ils ne voulaient pas m’écouter et ont préféré élire le président actuel.
En 2012, mes amis de droites seront-ils aussi idiots ?

En 2012, donc : 2 candidats éligibles. 2 François.

Prochain article : Pourquoi faut-il préférer François plutôt que François ?

dimanche 26 février 2012

Marre de la politique ?

Filed under: Actualité,Lois,Présidentielle — mazzhe @ 11\1153
Tags: , , , ,

Vous en avez assez d’entendre parler de financements occultes, d’affaires Bettencourt – Woerth , Karachi ? Vous pensez qu’il faut interdire les faux parti servant uniquement à détourner les lois de financement des partis ? (explications dans Wikipédia)

Vous pensez qu’un homme politique reconnu coupable de corruption ne devrait pas pouvoir se représenter ?

Vous aimeriez que la séparation des pouvoirs soit effective, et donc que le ministre de la Justice ne soit plus dépendant du président ou du premier ministre ? Qu’il réponde de ses choix devant le peuple ?

Vous n’avez pas confiance dans les hommes ou femmes politiques qui se présentent aux diverses élections, et vous aimeriez voter blanc pour dire qu’aucun ne vous convient ?

Vous voulez que les députés élus par le peuple se consacrent à leur travail de député, et que les lois ne puissent plus être votées par 3 députés votant au nom des autres ?

Vous voulez que les élus apprennent le mot « déontologie » et qu’ils fassent la part des choses entre leurs intérêts personnels et les intérêts du peuple qu’ils représentent ?

Vous en avez assez d’entendre parler de parité, sans jamais la voir appliquée sur les bancs de l’assemblée ou ailleurs ?

 

Alors votez OUI au référendum que proposera François Bayrou le 10 juin, en même temps que les législatives, s’il est élu !

Toutes ces propositions, et encore d’autres, qu’il soumettra au vote, sont ici.
(Le texte exact de la loi cadre sera connu avant le premier tout de la présidentielle.)

 

 

« Page précédentePage suivante »

Propulsé par WordPress.com.