Hors et En

mardi 28 mai 2013

Propagande politique auprès des parents d’élèves

Filed under: Actualité,Education,En,Orléans — mazzhe @ 23\1129
Tags: , , ,

Aujourd’hui, ma fille a rapporté de l’école une lettre de M. le maire d’Orléans, à destination des parents d’élèves du primaire…

Il nous explique pourquoi la réforme des rythmes scolaires ne sera mise en place à Orléans qu’à la rentrée 2014. Les raisons évoquées (temps nécessaire pour l’organisation, la concertation, le coût…) me semblent compréhensibles, défendables. J’ai d’ailleurs publié ici-même une tribune demandant davantage de concertation.

Mais le message de M. Grouard semble être moins celui de l’école que celui de son désaccord avec la politique gouvernementale.

«Au plan national, [la concertation] a été à tout le moins insuffisante, voire inexistante […] l’équipe municipale veut quant à elle prendre le temps du dialogue.»
«Les délais [sont] trop courts pour être prêts à temps, sauf à décider d’autorité et unilatéralement.»
«Les changements […] demandent des moyens […] qui n’ont pas été bien mesurés par la décision ministérielle.»
…Suit une liste de toutes les contraintes de coût, de personnel, de locaux, d’organisation, qu’implique cette réforme, sans aucune nuance.
«Nous pensons aussi aux enseignants, avec les conséquences évidentes sur leur emploi du temps.» (Même sur le papier, on peut entendre les violons.)
«Et puis bien sûr pour vous même, parents, cette réforme n’est pas sans conséquences […] Pour certains, reprendre […] leur enfant […] sera un véritable problème. Pour d’autres vont se poser des difficultés liées aux heures…»
«La réforme [coûtera] entre 1,3 et 2,8 millions d’euros chaque année […], sans compensation de l’État […] C’est une lourde charge […] pour les Orléanais, alors que l’État diminue ses dotations à l’ensemble des collectivités locales…»

Seul point positif dans la lettre : « cette réforme n’aura pas d’impact sur votre organisation à la rentrée prochaine. »

J’ai suivi tout ce dossier des rythmes, j’ai déploré le manque de concertation, je connais les contraintes auxquelles sont confrontées les mairies, je sais que c’est presque impossible de mettre en place la réforme pour 2013… Mais je trouve particulièrement choquant ce courrier de propagande. Ce n’est pas le rôle d’un maire face à ses administrés.

Un courrier équilibré aurait certes évoqué les difficultés, mais avec un ton plus neutre, plus objectif… Il aurait aussi évoqué les aides financières proposées par le gouvernement aux communes qui appliquent la réforme en 2013. Il aurait rappelé que la solidité financière de la ville lui permet de supporter une charge supplémentaire, comme M. Grouard sait le faire en d’autres occasions… Il aurait évoqué des points positifs («Nous avons besoin de temps pour proposer à vos enfants des activités enrichissantes et de qualité, sur les nouveaux créneaux dont nous avons la charge…»). Il aurait enfin déjà évoqué dans quelles conditions la concertation avec les parents aurait lieu («Une première réunion d’information aura lieu fin septembre» ou «nous rencontrerons les représentants des parents d’élèves qui seront élus en octobre»…)

Bref, je dénonce l’utilisation des moyens de la commune pour diffuser l’opinion d’un homme qui semble perdre le sang froid nécessaire à sa fonction.

samedi 6 octobre 2012

Expérience « sans voiture » : problème, solution

Premier point d’étape de notre expérience.

Le premier problème rencontré lorsqu’on se sert du vélo comme moyen de transport, c’est la transpiration…
Quand je vais à la piscine ou que je rentre à la maison, ce n’est pas gênant, car une douche m’attend à l’arrivée. Mais quand je dois aller au travail, à une réunion ou chez des amis, c’est plus délicat.

J’ai essayé un anti-transpirant. Le résultat est satisfaisant, car il permet de rester relativement frais (visuellement et olfactivement). Ce n’est cependant pas une solution miracle… Si le corps a vraiment besoin de se refroidir, il trouvera bien un moyen de vous faire suer.
D’ailleurs, en général, il ne se prive pas de vous jouer des tours : vous êtes encore secs lorsque vous arrivez, et le temps d’attacher votre vélo, zou, vous voilà trempé. Mais pourquoi diable ? Ce n’est pas l’effort nécessaire pour soulever une clé qui justifie de vous mettre dans cet état ? Non, bien sûr. Mais tant que vous vous déplacez, le vent suffit à vous refroidir. À l’arrêt, fini le vent, donc le corps remet la clim à fond !

La solution est donc d’arrêter de faire chauffer le corps quand la ventilation est encore suffisante. On lève un peu le pied avant d’arriver, on reste en roue libre ou en pédalant tout doux sur les dernière mètres. Votre corps se met au repos sans avoir besoin de la clim.
Super, non ?
Mmmm… Moui, presque… parce que j’ai toujours un souci, moi : quand j’arrive pour travailler aux Buttes Chaumont, je finis par 200m de montée à 7%… Difficile à gravir en roue libre.
Alors j’ai changé d’itinéraire. Je fais un détour. Mon trajet est plus long, mais la montée est plus tôt, un peu plus douce, et me permet de finir par une minute de calme plat.

Enfin, au cas où, j’ai ajouté un gant, une serviette et une chemise de rechange dans mon sac.

Voilà pour ce problème : ma voiture peut avantageusement être remplacée par un vélo, un déo, un repos et si il faut, un point d’eau !

mardi 18 septembre 2012

Semaine de l’immobilité

Filed under: Actualité,Développement durable,Orléans,perso — mazzhe @ 9\0957

Cette semaine, c’est la semaine de la mobilité…

A Orléans, l’AgglO propose différentes animations ou évenements
Je serais bien allé à la conférence de ce soir, et j’aurais aussi voulu faire un petit tour à vélo pour prendre quelques photos.
Hélas, pour moi, ce sera une semaine d’immobilité ! Je suis cloué à mon fauteuil le temps d’un lumbago…

Aie !

lundi 10 septembre 2012

A-t-on vraiment besoin d’une voiture ?

Comme je vous l’expliquais dans mon dernier article, ma femme et moi hésitons à reprendre une voiture.
Cette réflexion tombe à point, juste avant la semaine de la mobilité (journée sans voiture).
Voici les éléments de notre réflexion…

Nous avons besoin d’une voiture parce que, pour faire court, nous sommes une famille nombreuse !
Détails…
– Avec 5 enfants entre 9 et 1½ ans, partir en vacances sans voiture, par exemple par le train, c’est plus cher, mais surtout difficile, très galère, impossible, impensable, inimaginable, laissez tomber.
– Aller faire les courses à vélo, pour un couple d’amoureux, c’est très bucolique… Mais pour 7 personnes, ça devient plutôt acrobatique ! (comptez environ 18 litres de lait, soit 3 packs, par semaine, puis ajoutez 50 yaourts, « un peu » de chocolat…)
– Et le mercredi ? Aller chercher l’ainé (et son violoncelle) au solfège, emmener le deuxième (et un copain) à la piscine, et il serait bien que notre numéro trois fasse une activité, aussi, cette année, pour éviter de se défouler sur le canapé… Ah zut, il y a aussi le rendez-vous d’ophtalmo de notre fille… Les transports en commun, c’est pratique, mais c’est nettement moins rapide…
– On est toujours en train de réaménager notre maison. Vous croyez qu’on peut mettre des plaques de plâtre dans le tram ? Emporter une baignoire à la déchetterie sur mon vélo ?
– Nous avons accepté des responsabilités associatives, ce qui entraîne quelques réunions vespérales. On peut se débrouiller pour se faire emmener, mais qui remmènera notre babysitter à 23h30 ?

D’un autre côté, nous avons de la chance parce que…
– Je travaille maintenant à domicile, ou à Paris. Je peux donc atteindre mon lieu de travail, suivant les jours, en pantoufles ou en bus+train+vélib.
– Ma chère et tendre ne travaille pas, enfin si, elle a beaucoup de travail, puisque nous avons 5 enfants, mais pour la maison, à la maison.
– L’école est à 5 minutes à pieds (et encore : les pieds de notre fille de 3 ans, qui n’est pas toujours pressée d’avancer)
– Nous avons un supermarché tellement proche de chez nous que je reviens avec le chariot pour le vider directement dans le frigo avant de le remmener sur le parking (et il m’est arrivé d’être plus rapide que ceux qui chargent leur voiture). Il propose moins de choix que le grand hypermarché un peu plus loin, ni les scanners qui permettent de passer plus rapidement à la caisse, mais on ne va pas se plaindre.
– Nous avons 3 lignes de bus et 1 ligne de tram à moins de 1 km.
– J’ai réussi à réparer mon vélo.
– Orléans lance dans une semaine son service d’auto-partage : Auto’Tao. Une station sera à moins d’1 km de chez nous. Aucune voiture ne permettra de mettre 5 enfants (et 4 sièges auto) et 2 adultes, mais on ne se déplace pas toujours avec le cheptel au complet…

Et pour couronner le tout :
– Mes parents, actuellement en coopération à l’étranger, m’ont demandé de veiller sur leur voiture. Équipée de strapontins dans le coffre, elle peut occasionnellement emmener 7 personnes (si il n’y a pas de bagages).

Nous avons donc décidé de tenter l’expérience d’une année sans voiture.

L’idée n’est pas de renoncer à la voiture, mais de profiter de nos conditions actuelles, pour évaluer notre besoin réel. A chaque fois que nous emprunterons la voiture de mes parents, nous noterons le temps, le kilométrage, et le coût si nous avions loué la voiture d’Auto’Tao ou celle d’un loueur privé.
Nous pourrons, à la fin de l’année, faire le bilan de l’expérience, et décider ou non de racheter une voiture…

dimanche 23 mai 2010

Troll en voie de disparition

Qu’est-ce qu’un troll ?

  • Dans le monde des dieux du Nord, l’Yggdrasil, puis après dans le monde la littérature, le troll est un géant incarnant les forces naturelles.

Le troll mythologique est, semble-t-il, disparu.

Le troll littéraire est, lui, une espèce non menacée. Des nouveaux spécimens naissent régulièrement dans la littérature fantastique et les jeux vidéos.

  • Dans le monde virtuel d’internet, un troll est un message susceptible de générer des polémiques non-constructives. (« Qu’est-ce qui est mieux : Linux ou windows ?« )

Le troll informatique est, hélas, un fléau envahissant qui ne semble pas près de disparaitre. Sa profusion est visible sur de nombreux forums. Merci de ne pas les nourrir…

  • Dans le monde offshore, Troll est un gisement de gaz.

Le Troll offshore est voué à l’épuisement.

———————————

Je veux vous parler aujourd’hui d’une autre espèce de troll, bien réelle : le P-troll (Powerful troll). Cette espèce est en voie de disparition, et sa disparition risque d’être catastophique pour l’humanité. En effet, le P-troll étant super fort, des grandes compagnies l’exploitent intensément et vendent cette énergie.

J’étais vendredi à une conférence organisée par la ZECO à propos de ce P-troll et de l’avenir du monde sans lui. C’était fort intéressant, très clair et à la portée de tout le monde ! Merci MM. Thévard.
Sans en faire un compte-rendu complet, voici quelques notes ou phrases qui m’ont marqué…

Tous les spécialistes sont d’accord : la production de P-troll va cesser de croître. La question est « quand ? ». Un moyenne faite sur 20 modèles différents, du plus optimiste au plus pessimiste, nous dit : « le pic aura lieu en 2022. Après cette date, ça va diminuer. » C’est dans 12 ans ! Mon ainé passera son bac… C’est demain…

Sachant cela, les prix du P-troll vont augmenter. Sans cesse. Mais ce n’est pas grave, car de toutes façons, comme il y en aura de moins en moins, ceux qui en ont le garderont pour eux, et ne le vendront pas ! Donc nous n’en aurons plus.

Bon, mais alors, peut-on remplacer ces trolls par d’autres créatures pour produire de l’énergie ? Par exemple, si au lieu d’exploiter des trolls, on exploitait des humains, ce serait possible ? Oui, mais le P-troll est très très fort ! Pour remplacer le P-troll dans son travail, il faut entre 6 et 60 hommes, suivant le travail à faire.
Imaginez un peu : au lieu d’acheter 1L de P-troll à 1,4€, il faudrait acheter pour 540€ à 5 400€ d’energie humaine (tarif SMIC), c’est à dire 400 à 4 000 fois plus cher ! Aie aie aie…

Actuellement, pour chacun d’entre nous, il faudrait 28 « esclaves énergétiques » pour notre transport, 27 pour notre électricité (pour pouvoir écrire sur nos blogs…), 21 pour le chauffage… Au total, 118 esclaves (dont 5 qui ne servent à rien : ils produisent de l’énergie qui sera perdue.)
Vous imaginez un peu ? C’est une sacrée solution au problème de chomage, non ? (sans compter que ces esclaves là ont eux aussi besoin d’esclaves pour être nourris…)

Donc, plus sérieusement, on ne peut pas continuer comme ça, il faut qu’on accepte de baisser notre consommation d’énergie, pour sauver les trolls, les esclaves et la planête !

Comment faire ? Diminuer la surface des logements, consommer localement et moins, recycler et réparer, etc.

Si il n’y a plus de moyens de transports, l’autonomie alimentaire de la région parisienne est de 2 jours ! Pour la région Centre, c’est plus rassurant : on pourra manger du blé à s’en faire éclater la panse. En revanche, il ne faudra pas compter manger de la viande.

En conclusion, M.Thévard disait : « La seule diminution de nos consommations ne suffira pas. Il faut réorganiser nos modes de vie. Il faut recentrer les besoins vers l’Homme. »

Ca, ça me parle…

lundi 3 mai 2010

APPEL à la SOLIDARITE

Filed under: Actualité,Blog(s),Orléans — mazzhe @ 6\0600
Dans le cadre de la JOURNEE MONDIALE pour la LIBERTE de la PRESSE
et plus largement envers le BLOGUEUR « FANSOLO » :
APPEL à la SOLIDARITE

Il y a quelques mois, vous êtes environ 500 à avoir signé la pétition de soutien à Antoine Bardet, dit « Fansolo ».  (voir la pétition ici : http://www.lapetition.be/en-ligne/orlans-le-droit-de-rire-en-danger-3105.html)
Ce blogueur était poursuivi par Serge Grouard, maire d’Orléans, pour avoir écrit, quelques semaines avant la campagne des municipales 2008, un blog internet humoristique à son sujet.
(Vous pouvez en consulter la copie hébergée par Reporters Sans Frontières ici :  http://antoinebardet.rsfblog.org/)
Fansolo a été condamné une première fois le 8 octobre 2008, en référé, et l’Appel intervenu le 22 mars 2010 a confirmé et renforcé ce jugement, considérant que Fansolo avait « dénigré » Serge Grouard. Pour la première fois, donc, à notre connaissance, un humoriste est condamné pour dénigrement d’un homme politique. Jusqu’ici, seules des marques, des sociétés commerciales, pouvaient être « dénigrées ».
Compte tenu du contenu insignifiant du blog incriminé, nous sommes vraiment inquiets pour la liberté d’expression. Les conséquences directes de cette affaire sont disproportionnées :
Fansolo a été contraint de changer de travail, de déménager avec sa famille dans une autre région, d’assumer plus de 13 000 € de frais de défense. Il est à présent condamné, suite aux deux jugements, à verser près de 16 000 € (seuls 10 000 devraient réellement lui être réclamés du fait que les publications payantes dans la presse ne devraient pas être effectuées).
Un premier appel à la solidarité, en 2008/2009, avait permis de récolter 55 dons (par Paypal et par chèque), nous permettant de verser à Fansolo un soutien financier de 3 692 €.
Ce soutien lui a été très utile pour gérer une partie de ses frais d’avocats, mais cela ne suffit pas, bien sûr.
Si, comme nous, vous êtes choqués par la démesure de cette affaire,
n’hésitez pas, et apportez-lui votre soutien en envoyant un don
qui permettra d’alléger les sommes dûes.

Vous pouvez :
1/ adresser un chèque à l’association qui héberge un compte ouvert spécialement pour l’occasion :
La Lettre d’Arthur – Solidarité
6 boulevard de Québec
45000 ORLEANS
(Le chèque est à faire à l’ordre de « La Lettre d’Arthur – Solidarité »).
2/ effectuer un don directement «en ligne» par le service sécurisé PAYPAL,
en vous rendant sur le site http://lesamisdefansolo.com
Pour des raisons évidentes de transparence, trois personnes différentes sont chargées de la surveillance et de la gestion des dons : Stéphanie Sobréro, Miguel Teixeira, et Christophe Desportes-Guilloux.
Un point est publié régulièrement ici :http://www.lesamisdefansolo.com/relev_de_comptes/
Merci beaucoup d’avance de votre soutien !
Les amis de Fansolo.

vendredi 20 mars 2009

Grand Equipement Sportif – Grands débats !

Filed under: Actualité,En,Orléans — mazzhe @ 18\0654
Tags: ,

Le 19 mars, une réunion était organisée à la salle de la Cigogne pour présenter aux Orléannais le projet – pardon, l’idée – de grand équipement sportif à l’Ile Arrault, et écouter leurs avis.

Je ne suis pas directement concerné par les nuisances que pourrait produire ce site, mais j’habite quand même St Marceau, et je me pose des questions. J’y suis donc allé avec 2 questions préparées. Je ne les ai pas posées, parce que j’ai estimé avoir eu les réponses au cours de la soirée.

Première question : cette idée soulève bien des inquiétudes au sein de la population. Comment avez-vous prévu d’associer celle-ci au projet ?

Réponse : un groupe de pilotage va être créé. Tous ceux qui veulent y participer peuvent s’inscrire auprès de la mairie de quartier de St Marceau (02 38 56 54 68) ou de la mairie de St Pryvé St Mesmin (02 38 22 63 63)

Deuxième question : Le problème de la circulation et du stationnement va être un point essentiel de ce dossier. Avez-vous envisagé de…
– mettre des parkings à vélo nombreux et gratuits, une station Vélo+?
– fixer un tarif de parking dégressif en fonction du nombre de passager, pour inciter au covoiturage ?
– créer des grands parking auprès des sorties d’autoroute ou des grands axes avec des navettes gratuites et fréquentes ?
– allez-vous mettre en place une surveillance du quartier lors de chaque manifestation, pour éviter le stationnement sauvage ?

Réponse : Ce n’est pas encore un projet. Ce n’est qu’une idée, tout reste à définir, à écrire dans un cahier des charges.

Suite à ces informations, j’ai décidé de m’inscrire pour participer à la rédaction du cahier des charges. J’espère que ce travail pourra se faire de façon efficace (en mettant de côté les questions politiciennes), et que les intérêts de la ville et des habitants soient pris en compte.

Pour l’instant, je n’ai pas d’opinion clairement définie. Comme un certain nombre de gens, je pense que cette salle pourrait être une bonne chose pour Orléans. Je comprends tout à fait le choix de Serge Grouard d’implanter cette salle en ville, pour limiter les déplacements en voiture et mettre de la vie à l’intérieur de la ville et non à la périphérie. Cependant, il est vrai que ce lieu pose de gros problèmes d’accessibilité. Que ce soit à pied, en voiture ou à dos d’escargot, il faudra bien venir et sortir de cet endroit.

A la fin de la réunion, Monsieur le Maire a dit que si on lui démontrait que ce n’était pas possible à cet endroit, il changerait d’avis « bien évidemment« . J’ai bien pris note de cette remarque, et je vais m’impliquer pour voir si oui ou non, études et données précises à l’appui, il est possible de faire transiter 10 000 personnes à cet endroit sans créer de nuisances pour les riverains. Je précise que je pars sans avis a priori, et que j’espère, de ce fait, pouvoir garder une certaine lucidité face aux réponses apportées dans un sens ou dans l’autre.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.