Hors et En

lundi 11 novembre 2013

L’Alternative

Filed under: Actualité,Hors,Mouvement Démocrate — mazzhe @ 17\0545

La semaine dernière, le Mouvement Démocrate a envoyé un courrier pour pour présenter le texte de « l’Alternative », que François Bayrou a signé avec Jean-Louis Borloo.
Voici la réponse que je leur ai faite.

Bonjour,

J’ai suivi l’annonce de la création de « l’Alternative » mardi, et j’ai lu attentivement le texte que vous nous proposez.

Je trouve très pertinente l’analyse que vous faites de la situation de la France, et je me réjouis que les deux formations centristes se rassemblent enfin pour se mettre en situation de faire avancer la France.
Je me reconnais pleinement dans la description de notre identité humaniste, démocrate, réformiste, européenne et écologique…

Cependant, je suis gêné par les buts que vous exprimez, qui ne sont pas pleinement les miens.

Oui, nous pouvons condamner la politique menée actuellement, mais sans pour autant se placer dans l’opposition. Le mot « opposition » renvoie à une vision du monde dépassée, à un affrontement d’un bloc contre un autre, que j’ai combattus en militant au MoDem. Le mot « opposition » est par nature manichéen.
Je ne suis pas dans l' »opposition ». Je suis dans la proposition, dans la construction.

Non, l’alliance avec le PS n’est pas « impossible ». Elle n’est pour l’instant pas possible, compte tenu des choix qu’ils font. Mais la gauche n’est pas un ennemi à combattre ! C’est un autre adversaire de nos ennemis communs que sont, par exemple, le chômage, la peur, l’ignorance, le mal-être des Français… Suivant la stratégie que les socialistes adoptent, nous pouvons travailler avec eux ou non.
Quant à la droite, elle n’est en rien un partenaire « naturel ».
L’UDI peut être un partenaire naturel du MoDem. Le MoDem peut être un partenaire naturel de l’UDI.
Mais la droite n’est pas plus légitime que la gauche à être notre partenaire commun. Suivant la stratégie qu’ils adoptent, nous pouvons travailler avec eux ou non.

J’ai défendu les idées du MoDem, qui proposait une nouvelle façon de voir la politique et la possibilité de travailler avec tous les hommes et femmes de bonne volonté, en fonction de leur idées et non de la couleur de leur logo.
Je ne pourrai plus soutenir le MoDem si il se résigne, in fine, à accepter le bipartisme.

Je reste donc dans l’attente de voir  comment ce texte sera mis en œuvre, par exemple avec la préparation des municipales, à Orléans ou ailleurs…

mardi 28 mai 2013

Propagande politique auprès des parents d’élèves

Filed under: Actualité,Education,En,Orléans — mazzhe @ 23\1129
Tags: , , ,

Aujourd’hui, ma fille a rapporté de l’école une lettre de M. le maire d’Orléans, à destination des parents d’élèves du primaire…

Il nous explique pourquoi la réforme des rythmes scolaires ne sera mise en place à Orléans qu’à la rentrée 2014. Les raisons évoquées (temps nécessaire pour l’organisation, la concertation, le coût…) me semblent compréhensibles, défendables. J’ai d’ailleurs publié ici-même une tribune demandant davantage de concertation.

Mais le message de M. Grouard semble être moins celui de l’école que celui de son désaccord avec la politique gouvernementale.

«Au plan national, [la concertation] a été à tout le moins insuffisante, voire inexistante […] l’équipe municipale veut quant à elle prendre le temps du dialogue.»
«Les délais [sont] trop courts pour être prêts à temps, sauf à décider d’autorité et unilatéralement.»
«Les changements […] demandent des moyens […] qui n’ont pas été bien mesurés par la décision ministérielle.»
…Suit une liste de toutes les contraintes de coût, de personnel, de locaux, d’organisation, qu’implique cette réforme, sans aucune nuance.
«Nous pensons aussi aux enseignants, avec les conséquences évidentes sur leur emploi du temps.» (Même sur le papier, on peut entendre les violons.)
«Et puis bien sûr pour vous même, parents, cette réforme n’est pas sans conséquences […] Pour certains, reprendre […] leur enfant […] sera un véritable problème. Pour d’autres vont se poser des difficultés liées aux heures…»
«La réforme [coûtera] entre 1,3 et 2,8 millions d’euros chaque année […], sans compensation de l’État […] C’est une lourde charge […] pour les Orléanais, alors que l’État diminue ses dotations à l’ensemble des collectivités locales…»

Seul point positif dans la lettre : « cette réforme n’aura pas d’impact sur votre organisation à la rentrée prochaine. »

J’ai suivi tout ce dossier des rythmes, j’ai déploré le manque de concertation, je connais les contraintes auxquelles sont confrontées les mairies, je sais que c’est presque impossible de mettre en place la réforme pour 2013… Mais je trouve particulièrement choquant ce courrier de propagande. Ce n’est pas le rôle d’un maire face à ses administrés.

Un courrier équilibré aurait certes évoqué les difficultés, mais avec un ton plus neutre, plus objectif… Il aurait aussi évoqué les aides financières proposées par le gouvernement aux communes qui appliquent la réforme en 2013. Il aurait rappelé que la solidité financière de la ville lui permet de supporter une charge supplémentaire, comme M. Grouard sait le faire en d’autres occasions… Il aurait évoqué des points positifs («Nous avons besoin de temps pour proposer à vos enfants des activités enrichissantes et de qualité, sur les nouveaux créneaux dont nous avons la charge…»). Il aurait enfin déjà évoqué dans quelles conditions la concertation avec les parents aurait lieu («Une première réunion d’information aura lieu fin septembre» ou «nous rencontrerons les représentants des parents d’élèves qui seront élus en octobre»…)

Bref, je dénonce l’utilisation des moyens de la commune pour diffuser l’opinion d’un homme qui semble perdre le sang froid nécessaire à sa fonction.

vendredi 1 février 2013

Rythmes scolaires… sur moi aussi

Filed under: Actualité,Education,perso — mazzhe @ 23\1143

Les rythmes scolaire, c’est pas seulement la durée de la pause méridienne… C’est aussi, par exemple, le rythme annuel.

Par exemple, on sait que la majorité des exclusions dans les établissements secondaires ont lieu au cours du deuxième trimestre. Les élèves sont plus énervés, et les profs moins patients.

Ce cycle là, je le vis de plein fouet.
J’ai beau aimer la pluie (et encore plus la neige), j’ai beau préférer avoir froid plutôt qu’avoir chaud, j’ai beau adorer les feux dans la cheminée et détester les moustiques, chaque année, c’est la même chose : j’en ai marre.
Ce n’est pas de l’hiver dont j’ai marre, non. C’est de tout et de rien… Quand j’écoute les actualités ou que je lis des mini messages sur les réseaux sociaux, j’en ai marre au bout de 2 minutes. Tout m’énerve. Je me mets à voir le côté négatif des choses. Je suis moins patient avec mes enfants… C’est l’effet « dépression hivernale ». Mais ça m’énerve, parce que je n’ai aucune raison de déprimer !!! Si encore c’était l’été, avec une chaleur accablante, mais non, même pas !

 

Revenons donc sur les rythmes scolaires…
J’ai publié il y a quelques jours une tribune de parents inquiets. Globalement, je me sens d’accord avec le texte, mais en désaccord avec ce qu’il cache.
Oui, je suis un peu inquiet de la façon dont la rentrée se prépare (c’est à dire dans la précipitation), je suis déçu des changements proposés, qui me semblent d’une grande timidité, et je trouve que cela manque de concertation et d’explications.
Mais non, je ne suis pas opposé à cette réforme !
Je la trouve un peu précipitée, mais infiniment plus réfléchie que d’autres réformes pas si lointaines.
Je trouve qu’elle manque de concertation, mais il y en a eu infiniment plus que pour d’autres réformes pas si lointaines.
Je trouve qu’elle va enfin dans le bon sens, contrairement à d’autres réformes…

Bref.

Je viens de découvrir que les « parents ensemble » voulaient geler la mise en application de la réforme. Ça, c’était pas dit, dans le texte… J’ai pas signé pour ça. Au contraire, j’ai été choqué que les mairies puissent choisir de reporter l’application de cette réforme. Ça va créer un bazar pas possible dans les inspections pour gérer ça, l’année prochaine… Bonjour. (quand je vous disais qu’il y avait des points qui m’inquiétaient…)
Quand je parcours les blogs des parents signataires, je vois que certains veulent rester sur la semaine de 4 jours. Pas moi ! Surtout pas ! Bon, à choisir, je préférerais garder une vraie pause le mercredi et avoir classe le samedi matin. Hélas, quoi qu’en dise la loi, je sais bien que cela n’arrivera pas.

J’ai signé une lettre qui disait « certains parents sont inquiets ». J’ai beau relire le texte, je suis toujours d’accord avec son contenu, et je félicite une nouvelle fois les rédacteurs qui ont réussi à rassembler les idées communes de parents aux opinions parfois très diverses.

Je doute cependant que ces rédacteurs réussissent à faire des propositions concrètes qui obtiendraient le même assentiment unanime des ces mêmes parents.
Et je ne me sens pas faire partie d’un « collectif », mon acte était ponctuel, sur un texte précis, et j’en ai marre de toutes ces polémiques stériles… (Vous avez vu ? Je m’énerve. C’est l’effet hiver. Je suis fatigué. Il faut que j’arrête là.)

Avant que j’aille dormir, une dernière chose : allez lire le blog de Charivari au sujet de cette réforme. Je suis complètement d’accord avec elle…

Bonne nuit !

mercredi 23 janvier 2013

Parents, pensons la réforme des rythmes scolaires ensemble.

Filed under: Actualité,Education — mazzhe @ 9\0900

Nous sommes parents.

Nous sommes inquiets.

En maternelle et en élémentaire, le passage à la semaine à 4,5 jours doit être mis en œuvre dès la rentrée 2013, soit dans 9 mois. A ce jour, l’information dont nous disposons est parcellaire et contradictoire. Le projet tel qu’envisagé ne nous semble pas à la hauteur des enjeux.

Nous croyons cette réforme nécessaire et en partageons les objectifs, à savoir mieux apprendre et favoriser la réussite scolaire de tous. Depuis 2008, les écoliers français ont le nombre de jours d’école le plus faible des 34 pays de l’OCDE et de fait des journées plus longues et plus chargées que la plupart des autres élèves dans le monde. Cette situation est préjudiciable et doit être revue.

Cependant, le projet de réforme qui nous est présenté ne nous semble pas répondre à ces objectifs. Le choix de l’organisation sera à la discrétion des municipalités. On risque de se retrouver avec des communes où les enfants auront cours le samedi, d’autres le mercredi, d’autres encore auront une pause de midi allongée, d’autres finiront plus tôt et auront une période d’études/garderie plus longue, etc. Les moyens mis en œuvre dépendront essentiellement du budget des communes. Impossible, dans ces conditions, d’imaginer que cette réforme soit facteur d’égalité entre tous les enfants de France, quel que soit leur lieu de résidence et leur établissement scolaire. Il appartiendra aux municipalités de faire un choix et d’en répondre devant les électeurs en 2014.

Nous espérions qu’à l’occasion de la réforme des rythmes scolaires, la place des arts, de la culture, des langues et du sport, etc. serait au cœur des préoccupations. Or, l’opacité des moyens à mettre en œuvre, l’augmentation du nombre d’enfants par animateur dans le temps périscolaire ainsi que la place choisie par les mairies pour ce temps (notamment à l’heure du déjeuner) vont diluer ces espoirs de diversification et de renforcement de ces enseignements.

Nous espérions également que cette réforme porterait sur l’intégralité du rythme scolaire, y compris le découpage entre vacances et classe et notamment la durée des grandes vacances. Force est de constater qu’il n’en est rien.

Nous sommes déçus et inquiets et rejoignons ainsi bien des enseignants. Nous craignons que l’augmentation du temps périscolaire sans réflexion quant à son contenu ni quant aux moyens de mise en œuvre fasse de ce temps un temps de désœuvrement organisé… Cela irait encore une fois à l’encontre de l’objectif de la réforme.

Afin de préserver le symbole de la demi-journée de cours supplémentaire, Il est essentiel de ne pas sacrifier les apprentissages, de ne pas perdre cette opportunité historique d’accroître l’égalité des chances des enfants face aux activités artistiques et sportives en créant du temps de garderie. Cela n’apporterait rien aux enfants, dévaloriserait un peu plus l’école et la fonction des enseignants et remettrait en question l’organisation des familles.

Nous devons à nos enfants une réforme ambitieuse.

Citoyens connectés, blogueurs, parents, nous avons reçu de nombreux retours d’autres parents qui partagent nos inquiétudes et ne se sentent pas représentés.

Nous demandons à être entendus.

Prenons le temps de réformer l’école ensemble.

8alamaison , Agathe VANDAMEAimé Blumentern, Allo Maman Dodo , Annabelle , Audrey, Madame Koala , Aymeric Marlange , Béalapoizon , Bettina Brouard , Buhot Stéphanie , Carole Nipette , Caroline , Ces Doux momentsChiawaze , Ciloubidouille , Claire Hoenen , Colombe , Cranemou , Cynthia , David Beck , Delphine Gagnon , Doudette , Estelle Peralta , Expressions d’enfants , FashionMama , Florence , FlorenceMKoenig , Gaëlle Picut , Gauthier Vranken , Ginie Femmesweetfemme , Harmony Rouanet , Henry le Barde , Isabelle Duvert , Jane Gueneau aka. Libelul , Julesetmoa , Julie B , Julie Dessagne , Julien , Juliette Merris , Karine Un bébé pour mes 30 ans , La Poule Pondeuse ,LN moitoutetrien , Lulu From Montmartre , Lydiane Le Roy , M Delobel , Madame , Madame Parle , Madame Zaza of Mars , Madame Ziadeh , Maman nanou , Mamanwhatelse , Marc Guidoni , Marie-Gwénaëlle Chuit , Marlène Schiappa , Mauvais Père , Mazzhe , Michaëla Avventuriero , Michèle, Maman on bouge , Missblogdel , MissBrownie , Naddie , Nadine A , Nicolas Gilbert @zegilbos , Pourquoisecompliquerlavie , Sabine , Samuel Lamotte d’Incamps , Sandra Elle , Sandrine Donzel , Sophie Reynal , Tetedeblog , Till the Cat , Unperfect mum ,
Voilapapa , Yusaku (Père de 3 enfants)

Retrouvez la liste, ainsi que les liens utiles (pétition, twitter, etc) sur le site parentsensemble.com

samedi 6 octobre 2012

Expérience « sans voiture » : problème, solution

Premier point d’étape de notre expérience.

Le premier problème rencontré lorsqu’on se sert du vélo comme moyen de transport, c’est la transpiration…
Quand je vais à la piscine ou que je rentre à la maison, ce n’est pas gênant, car une douche m’attend à l’arrivée. Mais quand je dois aller au travail, à une réunion ou chez des amis, c’est plus délicat.

J’ai essayé un anti-transpirant. Le résultat est satisfaisant, car il permet de rester relativement frais (visuellement et olfactivement). Ce n’est cependant pas une solution miracle… Si le corps a vraiment besoin de se refroidir, il trouvera bien un moyen de vous faire suer.
D’ailleurs, en général, il ne se prive pas de vous jouer des tours : vous êtes encore secs lorsque vous arrivez, et le temps d’attacher votre vélo, zou, vous voilà trempé. Mais pourquoi diable ? Ce n’est pas l’effort nécessaire pour soulever une clé qui justifie de vous mettre dans cet état ? Non, bien sûr. Mais tant que vous vous déplacez, le vent suffit à vous refroidir. À l’arrêt, fini le vent, donc le corps remet la clim à fond !

La solution est donc d’arrêter de faire chauffer le corps quand la ventilation est encore suffisante. On lève un peu le pied avant d’arriver, on reste en roue libre ou en pédalant tout doux sur les dernière mètres. Votre corps se met au repos sans avoir besoin de la clim.
Super, non ?
Mmmm… Moui, presque… parce que j’ai toujours un souci, moi : quand j’arrive pour travailler aux Buttes Chaumont, je finis par 200m de montée à 7%… Difficile à gravir en roue libre.
Alors j’ai changé d’itinéraire. Je fais un détour. Mon trajet est plus long, mais la montée est plus tôt, un peu plus douce, et me permet de finir par une minute de calme plat.

Enfin, au cas où, j’ai ajouté un gant, une serviette et une chemise de rechange dans mon sac.

Voilà pour ce problème : ma voiture peut avantageusement être remplacée par un vélo, un déo, un repos et si il faut, un point d’eau !

mardi 18 septembre 2012

Semaine de l’immobilité

Filed under: Actualité,Développement durable,Orléans,perso — mazzhe @ 9\0957

Cette semaine, c’est la semaine de la mobilité…

A Orléans, l’AgglO propose différentes animations ou évenements
Je serais bien allé à la conférence de ce soir, et j’aurais aussi voulu faire un petit tour à vélo pour prendre quelques photos.
Hélas, pour moi, ce sera une semaine d’immobilité ! Je suis cloué à mon fauteuil le temps d’un lumbago…

Aie !

lundi 10 septembre 2012

A-t-on vraiment besoin d’une voiture ?

Comme je vous l’expliquais dans mon dernier article, ma femme et moi hésitons à reprendre une voiture.
Cette réflexion tombe à point, juste avant la semaine de la mobilité (journée sans voiture).
Voici les éléments de notre réflexion…

Nous avons besoin d’une voiture parce que, pour faire court, nous sommes une famille nombreuse !
Détails…
– Avec 5 enfants entre 9 et 1½ ans, partir en vacances sans voiture, par exemple par le train, c’est plus cher, mais surtout difficile, très galère, impossible, impensable, inimaginable, laissez tomber.
– Aller faire les courses à vélo, pour un couple d’amoureux, c’est très bucolique… Mais pour 7 personnes, ça devient plutôt acrobatique ! (comptez environ 18 litres de lait, soit 3 packs, par semaine, puis ajoutez 50 yaourts, « un peu » de chocolat…)
– Et le mercredi ? Aller chercher l’ainé (et son violoncelle) au solfège, emmener le deuxième (et un copain) à la piscine, et il serait bien que notre numéro trois fasse une activité, aussi, cette année, pour éviter de se défouler sur le canapé… Ah zut, il y a aussi le rendez-vous d’ophtalmo de notre fille… Les transports en commun, c’est pratique, mais c’est nettement moins rapide…
– On est toujours en train de réaménager notre maison. Vous croyez qu’on peut mettre des plaques de plâtre dans le tram ? Emporter une baignoire à la déchetterie sur mon vélo ?
– Nous avons accepté des responsabilités associatives, ce qui entraîne quelques réunions vespérales. On peut se débrouiller pour se faire emmener, mais qui remmènera notre babysitter à 23h30 ?

D’un autre côté, nous avons de la chance parce que…
– Je travaille maintenant à domicile, ou à Paris. Je peux donc atteindre mon lieu de travail, suivant les jours, en pantoufles ou en bus+train+vélib.
– Ma chère et tendre ne travaille pas, enfin si, elle a beaucoup de travail, puisque nous avons 5 enfants, mais pour la maison, à la maison.
– L’école est à 5 minutes à pieds (et encore : les pieds de notre fille de 3 ans, qui n’est pas toujours pressée d’avancer)
– Nous avons un supermarché tellement proche de chez nous que je reviens avec le chariot pour le vider directement dans le frigo avant de le remmener sur le parking (et il m’est arrivé d’être plus rapide que ceux qui chargent leur voiture). Il propose moins de choix que le grand hypermarché un peu plus loin, ni les scanners qui permettent de passer plus rapidement à la caisse, mais on ne va pas se plaindre.
– Nous avons 3 lignes de bus et 1 ligne de tram à moins de 1 km.
– J’ai réussi à réparer mon vélo.
– Orléans lance dans une semaine son service d’auto-partage : Auto’Tao. Une station sera à moins d’1 km de chez nous. Aucune voiture ne permettra de mettre 5 enfants (et 4 sièges auto) et 2 adultes, mais on ne se déplace pas toujours avec le cheptel au complet…

Et pour couronner le tout :
– Mes parents, actuellement en coopération à l’étranger, m’ont demandé de veiller sur leur voiture. Équipée de strapontins dans le coffre, elle peut occasionnellement emmener 7 personnes (si il n’y a pas de bagages).

Nous avons donc décidé de tenter l’expérience d’une année sans voiture.

L’idée n’est pas de renoncer à la voiture, mais de profiter de nos conditions actuelles, pour évaluer notre besoin réel. A chaque fois que nous emprunterons la voiture de mes parents, nous noterons le temps, le kilométrage, et le coût si nous avions loué la voiture d’Auto’Tao ou celle d’un loueur privé.
Nous pourrons, à la fin de l’année, faire le bilan de l’expérience, et décider ou non de racheter une voiture…

mercredi 5 septembre 2012

Nouvelle année, nouvelle vie, nouvelle expérience.

J’ai hésité pour le titre de cet article :
« Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde » sonne bien, mais c’est d’un trop haut niveau pour ce que j’ai à dire.
« C’est la rentrée ! » est peut trop classique…
« Le changement, c’est maintenant » a un air de déjà vu…
Mais c’est un peu tout ça que je veux écrire ce soir.

Non, je ne vous parlerai pas de mon bonheur professionnel, je veux vous parler de ma voiture (sujet qui peut paraître inhabituel sur ce blog, mais vous allez vite comprendre pourquoi).

J’avais une voiture qui avait déjà pas mal roulé, puisqu’elle avait dépassé les 15 ans et 350 000km. Mais lors du dernier contrôle technique, le contrôleur m’a confirmé ce que je pensais : ça y est, c’est fini. Paix à son âme.

Première question :
Que faire d’une voiture qui roule encore correctement, mais qui vaut moins que le coût de la remise aux normes ?
Je n’avais pas envie de la jeter dans une casse quelconque. Je m’y étais un peu attaché et je n’aime pas jeter ce qui peut encore servir…
J’ai trouvé une solution plus noble : je la donne demain à une association « les autos du cœur« , qui procédera aux réparations nécessaires pour qu’elle soit sûre et qu’elle aie le droit de rouler. Elle servira ensuite pour une famille qui n’a pas les moyens d’en acheter une.
Tout le monde est content : la future famille, l’association, la voiture et moi.

Deuxième question :
Comment la remplacer ?
Nous avions bien anticipé le besoin et mis de l’argent de côté. Mais en a-t-on assez ? Quelle voiture choisir ? Après avoir, au début de l’été, comparé longuement les petites annonces et le compte en banque, on a fini par se poser la question de notre besoin réel.

On en arrive donc à notre troisième question :
En a t-on vraiment besoin ?

Je vous détaillerai notre réflexion, et notre décision, dans les jours à venir.
Ceux qui sont cependant impatients de connaître la réponse peuvent toujours relire le titre et le premier paragraphe de cet article… 😉

jeudi 5 juillet 2012

La page est tournée.

Filed under: Education,perso — mazzhe @ 17\0526

Ca y est, une page est tournée.

Est-ce juste une année scolaire qui s’achève, comme d’autres ? Non. C’est la quille, la libération, la fin d’une épreuve, le début du bonheur…

Depuis plusieurs années, l’Éducation Nationale m’a complètement vidé.
A partir de l’année prochaine, elle va me décharger complètement…

A partir de l’année prochaine, bien que je reste officiellement un employé de l’éducation nationale, je ne serai plus chargé d’enseigner. Je quitte les salles de classes, la craie, le sourire et les cris des élèves, et les conseils d’école. Les évaluations, les inspections, les préparations et les corrections. Les PPRE, l’APER, le B2I, et l’APS…
Finies les longues soirées d’hiver (et d’été) angoissées, passées à préparer des cours, sans avoir le temps de faire quelque chose de qualité. Finis les week-ends de travail pour les enfants des autres, qui m’empêchent de profiter de mes enfants à moi.

Je vais me rendre utile différemment, derrière un ordinateur. De nombreux collègues, écrasés par le mammouth, tentent de faire leur métier dans des conditions satisfaisantes. Ils sont pour cela soutenus par des élus du personnel, et je vais essayer de faciliter la communication entre eux. Ce sera mon travail, la raison pour laquelle je serai déchargé.

Pour moi, il s’agit d’un soulagement. J’ai l’impression de sortir de prison. Je vois le soleil. Je respire l’air de la montagne. Je me sens bien… J’en suis impressionné : j’ai beaucoup aimé mes élèves de cette année. Je pensais que j’aurais un pincement au cœur en les quittant, en tournant la page… Et bien non, rien. Je jouis d’un plaisir sans nuage. Je jubile devant le paysage qui s’offre à moi, sans un regard en arrière. Je me sens bien, je me sens jeune, je me sens libre, je me sens neuf, je me sens en vacances, à la retraite à 35 ans.

Je n’ai plus de travail : je suis employé. Ça change la vie…

Quel bonheur !

PS : Un livre qui pourrait m’intéresser est sorti récemment, mais je n’ai pas le courage de le lire. Il me faudra quelques années, je pense, avant de le pouvoir. Si vous l’avez lu, n’hésitez-pas à m’en faire part, ça m’intéresse !

vendredi 13 avril 2012

Prévisions de croissance

Vous savez que je suis un très grand économiste… (voir ici)

Je serai donc très court et je ne ferais que citer un article que j’ai réussi à comprendre :

On le voit, tous ne font pas le même postulat. François Hollande et le projet PS retiennent en fait 2% à 2,5% de croissance d’ici à 2015, tandis que l’UMP en reste à 2%. Plus prudent, François Bayrou parie sur 1,5% de croissance.
Sur les dix dernières années, donc depuis 2002, le taux de croissance moyen en France a été de 1,46%.
Il n’ a été supérieur à 2% que trois  années, en 2004, 2006 et 2007.

Voilà.

source : http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/04/10/chiffrage-des-programmes-si-vous-avez-rate-un-episode_1680637_1471069.html
Page suivante »

Propulsé par WordPress.com.